058 5 32 18 32 contact@ygaltech.com
Sélectionner une page

Le secteur de l’internet des objets retrouve un peu de dynamisme après une période décevante, l’IoT ayant été sanctionné pour n’avoir pas tenu ses promesses – irréalistes – de croissance entre 2015 et 2017, selon Technology Business Research.

L’IoT n’a pas répondu aux attentes excessives qui prévalaient entre 2015 et 2017, explique Daniel Callahan du cabinet d’analystes TBR.(Crédit : Pixabay/Jefferrb)

Selon le cabinet d’analystes Technology Business Research (TBR), les grands acteurs technologiques devraient revoir à la baisse leurs activités et leurs investissements dans l’Internet des objets alors que les petites entreprises devraient « disparaître ou être dévorées par les plus grosses », faute d’avoir constitué des portefeuilles suffisamment différenciés. Cependant, ces dix-huit derniers mois, les messages autour de l’IoT sont devenus « plus raisonnables et plus intelligibles », favorisant l’émergence d’un nombre plus important de projets de moindre envergure, une tendance qui devrait s’affirmer dans le temps. « De nombreux fournisseurs d’IT et de technologies opérationnelles (OT) ont été déçus – et certains ont subi de gros revers ou ont dû batailler dur pour se réaligner – parce que l’IoT n’a pas répondu aux attentes excessives qui prévalaient entre 2015 et 2017 », explique l’analyste Daniel Callahan.

« Un grand nombre d’entre eux a misé sur une croissance trop rapide, au-delà du raisonnable, dans la mesure où l’IoT n’est ni une technologie ni un marché, mais une technique ou un type de solutions. Aujourd’hui, le secteur estime que le rythme de mise en oeuvre des projets IoT s’accélère, mais constate aussi que la demande s’est déplacée vers des projets moins étendus. Avec le temps, cependant, le nombre de projets actifs devrait augmenter et la quantité de données qu’ils génèrent augmentera également, poussant la courbe de croissance vers le haut ».

Une évolution de l’IT

Selon le cabinet d’analystes TBR, une meilleure compréhension des implications de l’IoT contribue à stimuler cette croissance. En particulier, il est important de comprendre que la mise en oeuvre de l’IoT est difficile dans les entreprises de grande taille exerçant une activité complexe et impliquant un nombre important de parties prenantes. « Dans les entreprises, l’adoption se fait essentiellement du bas vers le haut, mais les plus gros fournisseurs d’IoT se rendent compte que l’adoption doit être soutenue du haut vers le bas pour en extraire le maximum de valeur », a encore expliqué Daniel Callahan. C’est pour cette raison que les fournisseurs adoptent des stratégies ciblant d’une part les dirigeants et d’autre part les partenaires pour mieux prendre en compte la « diversité des systèmes interconnectés et développer des solutions plus adaptées aux différents besoins ». En outre, les fournisseurs commencent à considérer l’IoT comme une « évolution » de l’IT plutôt que comme quelque chose de « nouveau, novateur et complexe ». L’IoT se positionne désormais plus comme « un outil parmi d’autres dans la boîte à outils globale de l’IT ». De plus, l’accent a été davantage mis sur la résolution du problème final, et moins sur la définition de la technologie nécessaire pour y parvenir.

Pendant ce temps, alors que la consolidation du marché pourrait pénaliser les acteurs « bon à tout faire », les entreprises ayant mis le pied dans des niches solides, comme l’offre en libre-service d’Amazon Web Services, la solution orientée applications d’Oracle, l’offre de pilote intégré de Dell Technologies et celle orientée objets de Bosch, devraient connaître une forte croissance », a encore déclaré l’analyste. « De plus en plus, ces fournisseurs ont acquis la réputation d’être les plus forts dans leurs créneaux de prédilection, et leurs objectifs plus réduits en font non seulement des cibles de choix pour les intégrateurs de systèmes pour tirer leurs solutions, mais ils facilitent également les partenariats, avec des efforts conjoints de mise sur le marché dont la stratégie s’avère gagnante pour les fournisseurs, d’autant qu’ils peuvent la faire fructifier au-delà de leur base client existante », a-t-il ajouté. « Les fournisseurs qui regroupent leurs solutions dans des applications partagées ou relèvent des défis communs seront les mieux placés, demain, pour assurer une croissance régulière du marché », a encore déclaré M. Callahan. « Chaque solution a sa propre courbe de croissance, certaines étant assez rapides, mais prises ensemble, ces solutions fournissent une croissance plus importante, qui reste néanmoins modérée ».

Share This