058 5 32 18 32 contact@ygaltech.com
Sélectionner une page

A l’occasion d’une conférence à l’Université de Sydney, le président et directeur juridique de Microsoft, Brad Smith, a incité son auditoire à continuer de remettre en cause le travail des entreprises technologiques, après la tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande. Cela pousserait ses acteurs à se remettre en question.

Alors que Facebook, Twitter et Youtube sont dans la tourmente après l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft incite les gens à garder leur sentiment de frustration envers les entreprises technologiques. (Crédit : Microsoft)

Hier, le président et directeur juridique de Microsoft, Brad Smith, a appelé le public de l’Université de Sydney à ne pas « perdre ce sentiment de frustration » qu’il a à l’égard des entreprises technologiques, après l’attaque terroriste de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui a coûté la vie de cinquante personnes. Les entreprises de médias sociaux ont été sévèrement critiquées pour ne pas avoir réussi à freiner la diffusion de contenus haineux sur leurs réseaux. Brad Smith a fait un voyage de quatre jours dans la région, passant deux jours à Wellington, avant de partir en Australie, à Sydney. C’est après avoir vu la colère locale envers les entreprises technologiques que M. Smith a lancé ces mots à son auditoire.

Mardi, le procureur général Christian Porter a rencontré des représentants de Facebook, Google et Twitter pour les menacer d’actions législatives, après avoir qualifié leur réponse de « complètement décevante ». « Le temps qu’il a fallu à Facebook pour agir en ce qui concerne les événements de Christchurch était totalement déraisonnable » a déclaré M. Porter après la réunion.

La vidéo de la tuerie vue 4000 fois sur Facebook

Selon Facebook, le flux en direct de la caméra du tireur a été visionné moins de 200 fois pendant son émission, et environ 4000 fois au total avant d’être retiré. Mais les utilisateurs ont partagé et rechargé la vidéo sur la plateforme. Facebook a ainsi déclaré avoir supprimé 1,5 million de vidéos de l’attaque dans le monde, dont 1,2 million pendant leur téléchargement.

De son côté, YouTube a déclaré la semaine dernière qu’il avait supprimé « des dizaines de milliers de vidéos et clôturé des centaines de comptes créés pour promouvoir ou glorifier le tireur ». Twitter, lui, a déclaré à nos confrères de Computerworld qu’il avait créé de nouveaux outils d’automatisation pour améliorer ses « pouvoirs de suppression proactive ». « Plus de 90 % du contenu terroriste de notre service est désormais supprimé de manière proactive à l’aide de notre propre technologie exclusive spécialement conçue à cet effet, et la majorité des comptes sont suspendus avant leur premier tweet » indique un porte-parole de l’entreprise.

Prendre du recul

Brad Smith n’a pas nommé les plateformes de médias sociaux, mais a déclaré qu’il était « fondamentalement important que nous utilisions ceci comme un moment d’apprentissage. Et quand je dis nous, c’est le secteur technologique en particulier ». Et d’ajouter que « l’une des choses que tout cet épisode montre, c’est qu’au bout du compte, dans tous les domaines de la technologie, les gens seront jugés à juste titre sur leurs échecs, peut-être même plus directement que sur leurs forces et leurs succès ». Les propres services de Microsoft n’ont pas été largement utilisés pour diffuser les images et l’entreprise a réussi à arrêter la plupart des tentatives de téléchargement.

« Mais cela ne signifie pas non plus que nous avons été parfaits » précise le président et directeur juridique de Microsoft. La technologie utilisée pour bloquer et démonter les séquences « n’en faisait pas assez et nécessiterait une meilleure technologie et plus d’interaction humaine » et une meilleure réponse aux crises de la part de la communauté technologique. « Et il faut prendre du recul… pour penser à l’environnement en ligne que le monde et les acteurs technologiques sont en train de créer. Le discours numérique est devenu beaucoup trop toxique. […] nous devons nous dire que nous allons faire mieux, que nous n’allons pas laisser le XXe siècle se répéter, que nous n’allons pas rester les bras croisés et laisser Christchurch se répéter… nous allons nous réunir et faire bouger les choses » conclut le représentant de Microsoft

Share This