058 5 32 18 32 contact@ygaltech.com
Sélectionner une page

Une fois n’est pas coutume : Apple a écouté les utilisateurs, en particulier en ce qui concerne le clavier. Les changements, globalement très positifs, se révèlent dans une excellente combinaison de convivialité et de performance.

Le test du MacBook Pro 16 pouces par nos confrères de MacWorld montre que les critiques des utilisateurs ont été entendues. (Crédit Photo : Apple)

Il semble qu’avec ce MacBook Pro 16 pouces, Apple ait voulu répondre à la demande des utilisateurs. Une pratique inhabituelle chez le fabricant californien, plus enclin à donner le ton et à attendre des utilisateurs qu’ils suivent le mouvement. Mais le point de rupture semble avoir été atteint, et ces derniers ont commencé à se plaindre bruyamment de ce qu’ils n’aimaient pas dans le MacBook Pro. Apple les a entendus et a corrigé le cap. Si le précédent MacBook Pro 15 pouces suscitait toujours quelques réserves, il y a fort à parier que ce ne sera plus le cas avec le MacBook Pro 16 pouces qui le remplace. D’une part, le portable offre un excellent mélange de convivialité et de performance, mais il corrige aussi les plus gros problèmes du MacBook Pro précédent.

Bye-bye touches Papillon, bonjour clavier Magic Keyboard

Parmi toutes les caractéristiques du MacBook Pro 16 pouces, c’est le nouveau clavier Magic Keyboard qui vole la vedette. Fini donc le clavier à mécanisme Papillon introduit en 2016 dans le MacBook Pro, et avec lui, comme l’espère Apple, les dizaines de plaintes et de problèmes pour les utilisateurs. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi ces derniers détestaient le clavier Papillon, et l’on trouve sur Internet un tas d’articles et de messages de forum raillant le clavier d’Apple.

Légende : Vous vouliez une touche d’échappement dédiée : la voilà ! (Crédit : IDG)

Apple a repris le mécanisme à ciseaux du clavier Magic Keyboard de son iMac comme base pour le clavier du MacBook Pro 16 pouces. Très différent du clavier précédent, ses touches ont un peu plus de course (1 mm contre 0,5 mm). Ça changera du clavier Papillon, qui malgré son nom, est dur et inconfortable, au point d’avoir l’impression de frapper ses doigts contre des pierres. Ce n’est plus le cas avec le clavier à ciseaux, plus doux à la frappe. Et si, comme notre confrère, vous aviez mal aux doigts après une longue session de frappe sur le clavier Papillon, ce ne sera plus le cas avec le clavier Magic Keyboard. Ce dernier est également beaucoup plus discret. Le marteau distinct du clavier Papillon a une sonorité profonde qui peut résonner dans toute une pièce. Il est donc bruyant. Le nouveau clavier à ciseaux est beaucoup plus silencieux, et son bruit, plus léger et plus net, ne détourne pas l’attention et se fond plus facilement dans le bruit ambiant.

Légende : Les touches « flèche droite, flèche gauche » pleine taille ont disparu pour laisser à nouveau la place à des touches à mi-hauteur. (Crédit : IDG)

Qu’on le veuille ou non, le MacBook Pro a conservé sa barre tactile. Néanmoins, elle a été raccourcie pour laisser la place à une touche Escape (Esc) séparée. Le bouton Touch ID, positionné sur le côté opposé de la barre tactile, est également gratifié d’une touche distincte. Les touches fléchées en bas, à droite du clavier, ont retrouvé leur disposition en T inversé, et les touches fléchées droite et gauche ont aussi retrouvé leur taille mi-hauteur. Ces changements sont bienvenus et redonnent au clavier une bonne dose d’intuitivité.

Après l’inventaire de ces changements, très positifs, apportés au clavier, notre confrère estime toutefois ce va et vient du constructeur un peu absurde. Il rappelle en effet qu’Apple avait introduit le clavier Papillon pour réduire l’épaisseur de ses ordinateurs portables, une obsession du constructeur à l‘époque, au point de sacrifier la convivialité. Et les choix de suppression de la touche Escape et de modification des touches fléchées avaient, semble-t-il, été pris sans consulter les utilisateurs. Le clavier est le plus important des périphériques d’entrée, d’où la nécessité de bien étudier les changements dès le départ. Certes, voilà plus de 18 ans qu’Apple fabrique des ordinateurs portables Mac en métal. Mais l’affaire du clavier n’était pas acquise pour autant. Apple a dit que, cette fois, pour savoir ce qu’était un bon clavier, l’entreprise avait pris en compte les facteurs humains. Le constructeur mérite donc d’être félicité pour les études qu’il a effectuées afin d’arriver à ce résultat et pour avoir enfin réglé les problèmes qui en découlaient. Reste que le clavier Papillon équipe toujours tous les autres ordinateurs portables Mac, et Apple n’a pas officiellement annoncé si les prochains MacBook Pro 13 pouces ou MacBook Air seront équipés de clavier à ciseaux. Espérons que ce sera le cas.

Un grand écran magnifique

Notre confrère était un grand fan du MacBook Pro de 17 pouces fabriqué par Apple jusqu’en 2012. Car, même s’il était lourd et un peu encombrant, il avait un grand écran et offrait une résolution native de 1920×1200. C’était avant l’écran Retina. Aujourd’hui, il n’y a plus d’ordinateur portable de 17 pouces dans la gamme d’Apple, mais les écrans Retina offrent des résolutions plus élevées, et un utilitaire comme Display Menu permet de pousser la résolution maximale dans les préférences Moniteurs du système pour étendre l’espace de l’écran à l’échelle.

Légende : La lunette du MacBook Pro 16 pouces (à droite) est sensiblement plus petite que celle du MacBook Pro 15 pouces (à gauche). (Crédit : IDG)

Malgré tout, les enquêtes d’Apple ont montré que les utilisateurs voulaient un écran de plus de 15 pouces, et de ce point de vue, le passage à un écran de 16 pouces semble un bon compromis. L’écran du MacBook Pro est plus grand, mais il ne fait pas basculer le portable dans l’univers du 17 pouces, où la taille globale de l’ordinateur devient trop grande pour beaucoup d’utilisateurs.

Avec une résolution native de 3072×1920, la lunette de l’écran Retina du MacBook Pro 16 pouces est plus étroite que celle du modèle 15 pouces : moins 25 % plus étroite en haut, et moins 34 % plus étroite sur les côtés. Comme les autres MacBook Pros de la, le modèle 16 pouces offre une luminance de 500 nits et supporte la gamme de couleurs P3. Les éditeurs vidéo apprécieront cette nouvelle fonctionnalité qui permet à l’utilisateur d’ajuster le taux de rafraîchissement dans les préférences système de l’écran.

Légende : Le MacBook Pro 16 pouces permet aux utilisateurs de régler la fréquence de rafraîchissement de l’affichage intégré. (Crédit : Apple)

Apple a toujours doté ses MacBook Pro de superbes écrans, et la version 16 pouces ne déroge pas à la règle. Les images sont fantastiques, le texte est propre, et le rétroéclairage ne souffre d’aucune disparité notable.

CPU, GPU et performances

Les processeurs Intel de 9e génération (nom de code Coffee Lake) du MacBook Pro 16 pouces sont les mêmes que ceux du récent MacBook Pro 15 pouces. Le modèle testé par nos confrères a été configuré avec des composants haut de gamme. En particulier, le processeur de l’unité de test est un CPU Intel Core i9 8 cœurs 2,4 GHz. En terme de tarif, le MacBook Pro 16 pouces équipé d’un processeur Core i7 6 cœurs à 2,6 GHz coûte à 2699 € ; le MacBook Pro 16 pouces équipé d’un processeur Core i9 8 cœurs à 2,3 GHz coûte 3199 € et le même Macbook Pro avec un processeur Core i9 8 cœurs à 2,4 GHz coûte 3419 € (+220 €).

L’unité testée intègre le GPU AMD Radeon Pro 5500M avec 8 Go de mémoire vidéo GDDR6 (en option : +120 €). La configuration standard de 3199 € est équipée d’un GPU AMD Radeon Pro 5500M avec 4 Go de mémoire vidéo GDDR6, et le modèle à 2699 € est équipé du GPU AMD Radeon Pro 5300M avec 4 Go de mémoire DDR4. L’ancien MacBook Pro 15 pouces, qui a servi de référence pour comparer les performances, est équipé d’un GPU AMD Radeon Pro Vega 20 à 4 Go. Les deux portables sont également livrés avec le processeur graphique Intel UHD Graphics 630 intégré.

Les MacBook Pro 16 pouces d’Apple sont livrés en standard avec 16 Go de mémoire, extensibles à 64 Go en option, au moment de l’achat. Apple utilise de la RAM DDR4 2666MHz scellée à la carte mère, et il n’est pas possible de mettre à jour la RAM après achat. Le portable testé par nos confrères comprenait 32 Go de mémoire.

Pour évaluer les performances du MacBook Pro 16 pouces, ces derniers ont réalisé une série de tests de performances. Ils ont effectué les mêmes tests sur le MacBook Pro 15 pouces Core i9 8 cœurs à 2,4 GHz, modèle auquel succède le nouveau 16 pouces. Les deux ordinateurs portables sont équipés du même processeur et ils ont tous les deux 32 Go de mémoire, mais le modèle 16 pouces est équipé du GPU Radeon Pro 550M, alors que le modèle 15 pouces est équipé du GPU Radeon Pro Vega 20.

Geekbench 5 : Single CPU

Légende : La barre la plus longue indique la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

Geekbench 5 : Multi CPU

Légende : La barre la plus longue indique la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

Comme on pouvait s’y attendre, les deux ordinateurs portables offrent des résultats similaires dans les deux benchmarks Geekbench 5 Single CPU et Multi CPU. C’est aussi le cas lors de l’exécution du benchmark Compute du Geekbench 5 sur le GPU Intel intégré : dans les tests OpenCL et Metal, le MacBook Pro de 16 pouces obtient des scores de 5231 et 4889 respectivement, tandis que le MacBook Pro de 15 pouces obtient des scores de 5243 et 4882.

Geekbench 5 : Compute OpenCL (GPU discret)

Légende : La barre la plus longue indique la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

Geekbench 5 : Compute Metal (GPU discret)

Légende : La barre la plus longue indique la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

L’écart de performance devient plus visible dans le test du GPU discret. Dans le benchmark Geekbench 5 Compute OpenCL, grâce au GPU Radeon Pro 5500M, le MacBook Pro 16 pouces gagne 15% par rapport au MacBook Pro 15 pouces équipé du GPU Radeon Pro Vega 20. La différence est d’environ 5% dans le benchmark Geekbench 5 Compute Metal.

Cinebench R20 CPU

Légende : La barre la plus longue indique la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

Le benchmark Cinebench R2 est un stress test de CPU multithread plus intensif que le test CPU Multi-Core du Geekbench 5. On peut voir ici que le MacBook Pro 16 pouces est environ 12 % plus rapide que le MacBook Pro 15 pouces, même si les deux ordinateurs portables ont les mêmes processeurs. La différence tient principalement au nouveau design de l’architecture thermique du MacBook Pro 16 pouces, qui permet une meilleure circulation de l’air, et à la taille, plus grande, de son dissipateur thermique. Cela permet au CPU de fonctionner à des vitesses plus élevées pendant de plus longues périodes.

Unigine Heaven

Légende : Les résultats sont en images par seconde. La barre la plus longue indique la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

Unigine Valley

Les résultats sont en images par seconde. La barre la plus longue indique la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

Les benchmarks Unigine Heaven et Valley sont des tests intensifs en graphisme et se concentrent sur les performances discrètes du GPU. Ces tests montrent que le MacBook Pro 16 pouces surpasse nettement le modèle 15 pouces : 24 % plus rapide dans le test Heaven et 15 % plus rapide dans le test Valley.

Handbrake 4K avec encodage vidéo 1080p

Légende : Les résultats correspondent à des durées en secondes. Les barres plus courtes indiquent la meilleure performance. Cliquez pour agrandir. (Crédit : IDG)

Pour ce test Handbrake, nos confrères ont utilisé la vidéo 4K de « Tears of Steel » et l’ont converti en utilisant le préréglage Fast 1080p30. Ce test sollicite les ventilateurs de l’ordinateur portable, et d’après ces résultats, le nouveau design thermique donne un net avantage au MacBook Pro de 16 pouces par rapport au MacBook Pro 15 pouces.

Share This