CTG croque l’ESN française Soft Company

La SSII américaine CTG a mis la main sur la société de services informatiques française Soft Company. Objectif : accélérer son activité en Europe et d’investir le marché français.

D’après Arthur Bud Crumlish, CEO de CTG, l’acquisition de Soft Company permet à son entreprise d’investir les secteurs de la banque et de la finance. (Crédit : Linkedin)

La société de conseil et services numériques CTG est en pleine croissance. Déjà très présente en Angleterre, au Luxembourg et en Belgique, son acquisition de l’ESN Soft Company lui permet d’investir le marché français. « L’acquisition de Soft Company permet d’une part d’étoffer le portefeuille de services du groupe mais aussi d’explorer un nouveau secteur de marché – la banque-finance – en forte croissance en France »déclare Arthur Bud Crumlish, CEO de CTG. En effet, ce secteur représente 52% du chiffre d’affaires de l’ESN française.

Créée en 1991, Soft Company a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 21 millions d’euros. Avec ses 260 salariés, l’entreprise propose une série d’offres de conseil et maîtrise d’ouvrage en fonction du secteur d’activité, de services d’optimisation d’infrastructures et de conseil en amélioration des performances des SI. Ce domaine d’activité est en complémentarité avec les offres de CTG qui propose des services applicatifs, les services de test, la gestion des services informatiques et la mise en conformité réglementaire.

Suite à l’acquisition, la société devient une filiale de CTG Europe. Ces dirigeants, Moïse Torjmane, Léon Levy et Serge Saada, gardent les commandent de leur entreprise. « Nous voulions faire partie d’une organisation qui valorise et offre des opportunités de développement à chacun des membres de nos équipes » indiquent-t-ils.

chevron_left
chevron_right