Facebook accusé d’exploitation abusive de données en Allemagne

Alors que le réseau social Facebook impose à ses utilisateurs de lier leurs données avec les applications tierces du groupe – incluant WhatsApp et Instagram – l’autorité de la concurrence allemande dit stop. Et demande au groupe de Mark Zuckerberg de modifier ses conditions d’utilisations d’ici quatre mois.

Andreas Mundt, président de l’Autorité de la concurrence allemande, a sommé Facebook de se « conformer aux règles et lois applicables en Allemagne et en Europe. » (Crédit : Bundeskartellamt)

L’autorité de la concurrence allemande, la Bundeskartellamt, vient de restreindre l’utilisation faite par Facebook des données de ses utilisateurs. Elle accuse en effet que le géant des réseaux sociaux d’exploitation abusive, en forçant les inscrits sur Facebook à lier d’office leurs données WhatsApp et Instagram à leur compte. Permettant ainsi au groupe de réaliser des combinaisons de différentes sources de données. D’autres informations telles que les « J’aime » ou les partages réaliser sur des sites tiers sont aussi reliées aux comptes personnels des inscrits.

L’autorité allemande a donné quatre mois à Facebook pour lui soumettre une modification de ses conditions d’utilisations. « Facebook ne peut plus contraindre ses utilisateurs à accepter une collecte quasiment illimitée de leurs données qui place le groupe dans une position dominante, a résumé le patron de l’Office anticartel allemand, Andreas Mundt, lors d’une conférence de presse. Le groupe de Mark Zuckerberg, son président et CEO, a rejeté cette décision et indiqué qu’elle fera appel dans un délai d’un mois.

chevron_left
chevron_right