Google change ses annonces Shopping après une décision antitrust de l’UE

Sous le coup d’une sanction fiancière décidée par les autorités antitrust européennes, Google permet à présent aux services de comparaison de payer pour placer des publicités au sommet de ses résultats de recherche.

La commissaire à la concurrence de l’Union européenne Margrethe Vestager commente le recours antitrust proposé par Google le 27 septembre 2017. (crédit : D.R.)

Ce qui pourrait être la refonte du magasin le plus cher au monde s’ouvre aujourd’hui pour les entreprises de commerce en ligne concurrence de Google Shopping. Acculé par la commissaire à la concurrence européenne Margrethe Vestager, le service de comparaison des prix des articles offre aux entreprises d’e-commerce de nouvelles opportunités – et de nouveaux coûts aussi.

Lorsque la Commission européenne a infligé en juin dernier une amende de 2,42 milliards d’euros pour avoir accordé un avantage illégal à son service de comparaison Shopping, elle a donné à la société 90 jours pour modifier son offre – ou faire face à d’autres pénalités jusqu’à 5% du chiffre d’affaires quotidien de la maison mère Alphabet.

Une refonte forcée

Les trois mois sont passés et Google introduit sans trainer des changements dans la façon dont il affiche des offres de comparaison dans ses résultats de recherche afin de régler l’affaire antitrust une bonne fois pour toutes. « Nous donnons à des services de comparaison la même opportunité d’afficher les annonces de commerçants en ligne sur les pages de résultats de recherche de Google que celle que nous donnons à Google Shopping. En concurrence, Google Shopping sera sur un pied d’égalité et fonctionnera comme s’il s’agissait d’une entreprise distincte, participant à la vente de la même manière que les autres », a déclaré jeudi un porte-parole de Google.

Les annonces des services de comparaison seront affichées au même endroit que les résultats ci-dessus pour les recherches de produits, de même que les publicités issues des commerçants. La principale différence que les utilisateurs noteront est que le pied de l’annonce identifiera maintenant le service de comparaison par l’intermédiaire duquel l’annonce est arrivée, en plus du marchand concerné.

 

Google permet maintenant aux services de comparaison de services de payer pour placer des publicités au sommet des résultats de recherche.

Google a l’intention d’afficher les nouvelles annonces Shopping de cette façon, en identifiant le marchand et le site de comparaison au pied de chacun des cinq espaces publicitaires Shopping qui apparaissent au-dessus des annonces de recherche habituelles et des résultats de recherche organiques.

Les modifications concernent les annonces Google Shopping en Autriche, en Belgique, en République tchèque, au Danemark, en France, en Allemagne, en Italie, en Irlande, aux Pays-Bas, en Norvège, en Pologne, en Portugal, en Espagne, en Suède, en Suisse et au Royaume-Uni. La décision de la Commission couvre également les activités de Google dans les 16 autres pays de l’Espace économique européen, mais Google ne propose pas encore de publicité sur ces places.

Mais Google réussit à profiter de la situation 

Les plus critiques soulignent toutefois que Google profite de la décision de la Commission, en facturant les sites de comparaison pour les emplacements publicitaires alors que les sites avaient l’habitude d’apparaître gratuitement dans les résultats de recherche organiques – bien qu’en bas de la liste, une situation qui a conduit à la sanction affligée par l’autorité antitrust.

Avant les changements de Google, Shivaun Raff, du site de comparaison Foundem.co.uk, a déclaré que la société devrait simplement laisser travailler ses principaux algorithmes d’indexation, de classement des résultats de comparaison. Tout comme il le fait pour d’autres pages Web, sans imposer des pénalités sur les sites de comparaison qui ont remonté le problème à la Commission Européenne.

Margrethe Vestager reste intraitable 

La Commission n’a toutefois pas indiqué qu’elle était satisfaite par les aménagements de Google. En effet, la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager a déclaré lors d’une conférence de presse mercredi au sujet de ces changements : « J’ai appris à ne pas laisser ma satisfaction dépendre du design du site, et je pense que je devrais avoir le même état d’esprit ici ». « C’est à Google de montrer qu’ils sont à la hauteur de la décision », a-t-elle ajouté. « Nous connaissons une partie de ce qu’ils feront, mais c’est à Google de montrer qu’ils le font. Nous les surveillerons activement ».

Plus tôt cette semaine, la Commission a signé des contrats avec KPMG et le service de recherche Mavens pour contrôler la conformité de Google. « Ils sont connus pour être très compétents dans les domaines qui concerne les données et la recherche », a déclaré Margrethe Vestager. Google doit également soumettre tous les quatre mois un rapport détaillé sur sa conformité.

chevron_left
chevron_right