Hitachi Next : Cap sur l’usine définie par logiciel

Hitachi et sa filiale Vantara se concentrent sur les partenariats et l’interaction avec le client, afin de fournir des services d’analyses avancées pour aider les clients à mieux exploiter leurs données et tirer l’innovation.

Après avoir dévoilé sa filiale Vantara, qui regroupe HDS, Pentaho et Insight, Hitachi renforce également ses propositions IT pour aider les entreprises à tirer le meilleur parti de leurs données. (crédit : S.L.)

En direct de Las Vegas. Entre deux cessions consacrées à la place des femmes dans l’industrie IT ou la réorganisation de l’entreprise avec l’initiative Vantara, Hitachi a profité de son événement Next à Las Vegas pour mettre en avant ses dernières solutions technologiques. Pour aider les entreprises à tirer le meilleur parti de leurs données, Hitachi Vantara annonce un support étendu pour le DevOps et les conteneurs grâce à un partenariat avec Mesosphere. Sans oublier un accord avec VMware vRealize Automation, pour permettre aux clients de Vantara de sélectionner des services étendus pour des déploiements cloud hybrides.

Bardés de capteurs, les trains de Hitachi Rail Europe remontent une très grande quantité de données qui sont analysées pour optimiser le service et réduire les retards. (crédit : S.L.)

Hitachi Vantara intégre également la plate-forme Internet of Things (IoT) maison, Lumada IoT, qui est récemment arrivée dans sa version 2.0. Comme nous l’a expliqué lors d’un entretien Alistair Fulton, responsable de la plateforme IoT chez Hitachi Vantara, Lumada est une plateforme full stack qui peut fonctionner en local (close to the edge) pour un traitement immédiat des données et dans le cloud afin d’accompagner les déploiements IoT industriels. « En fait, l’IoT n’est pas une chose nouvelle chez nos clients, ils sont confrontés à ce problème depuis des décennies. Aujourd’hui la question est de savoir comment générer des revenus supplémentaires à partir de ces équipements connectés. Je construis des plateformes IoT depuis 20 ans et, aujourd’hui, c’est devenu moins cher même avec l’ajout des traitements analytiques ». Le point fort de Hitachi Vantara par rapport à la concurrence selon Alistair Fulton : La possibilité de faire du sur mesure pour les clients et ne pas simplement proposer une plateforme générique.

Résoudre les problèmes en amont 

Hitachi a également parlé d’IA et de technologies d’apprentissage machine comme un moyen pour les entreprises de résoudre les problèmes avant qu’ils ne se produisent. Depuis le rachat de Pentaho, l’analytique est le cheval de bataille de l’entreprise japonaise qui concilie habilement son savoir-faire dans les infrastructures avec une proposition avancée en BI. « Le point le plus important est de comprendre comment mieux travailler en exploitant toutes les données disponibles. C’est une approche consulting », a précisé Alistair Fulton. La société a également lancé le service Smart Data Center pour aider les entreprises à gérer les centres de données et leurs infrastructures en utilisant des capteurs et des outils analytiques. La seconde étape consiste à passer du software defined datacenter à la software defined Factory avec de la qualité et de la maintenance prédictive, de la planification et du monitoring intelligent, une augmentation de la productivité, l’optimisation des matières premières consommées, une meilleure maitrise de la consommation énergétique et une réorganisation simplifiée grâce à une plateforme modulaire.

Du nucléaire aux systèmes automobiles embarqués, Hitachi affiche une sérieuse expertise dans l’IoT. (crédit : S.L.)

Le conglomérat japonais, qui exploite plus de six millions d’équipements connectés dans le monde (ascenseurs, activités ferroviaires, pièces automobiles, climatisation, nucléaire, pelleteuses…), affiche une sérieuse compétence dans ce domaine qui profite directement à Hitachi Vantara. L’activité ferroviaire (Hitachi Rail Europe) gére par exemple deux lignes de chemin de fer en Grande Bretagne (Manchester-Bristol et Edinbourg-Glascow) remonte 24 Go de données par jour pour chaque train depuis 3 000 capteurs. Les données sont analysées en local grâce à un serveur embarqué mais également transmises par télémétrie en 4G (en mouvement) et WiFi (une fois arrivée à la gare). Ces activités industrielles distinguent l’entreprise japonaise de ses concurrents informatiques traditionnels HPE, DellEMC ou SAP Leonardo. GE Digital est peut être son concurrent le plus direct.

chevron_left
chevron_right