Hycu se spécialise dans la protection des données Nutanix

Désormais recentré sur la sauvegarde et l’archivage des machines virtuelles Acropolis, l’hyperviseur de Nutanix, l’éditeur Comtrade Software a changé de nom en mars dernier pour prendre celui de Hycu, sa solution dédiée à Nutanix. Une première étape avant un rachat pur et simple par Nutanix ? 

CEO de Hycu, Simon Taylor a choisi de miser sur Nutanix pour assurer le développement de la société. (Crédit S.L.)

La priorité absolue de l’éditeur Hycu (HYperConverged Uptime) est désormais de protéger les machines virtuelles reposant sur l’hyperviseur Acropolis de Nutanix. Hycu (prononcé haïku), anciennement connu sous le nom de Comtrade Software, est en fait issu d’une spin-off de Comtrade Group (une entreprise de services IT fondée il y a 25 ans) et emploie aujourd’hui 350 employés (2500 pour Comtrade Group). 

Installée à Boston, la société s’est donc spécialisée dans la sauvegarde, la récupération et la surveillance des données pour les infrastructures informatiques hyperconvergées. Ce n’est pas le premier à s’intéresser à Nutanix – Rubrik et Cohesity ont fait de même – mais l’éditeur se cantonne aujourd’hui à un seul acteur même s’il affirme être hyperviseur agnostique, nous a indiqué Simon Taylor, CEO de Hycu. En fait, pour travailler avec les autres hyperviseurs du marché, Hycu utilise les API de Nutanix, ce qui limite de fait le support à Acropolis (sur base KVM)NSXi et HyperV. Pas de Xen pour l’instant, mais près de 90% du marché. Les IBM Power  avec Aix sur KVM – sont également supportés, puisque Nutanix est arrivé sur la plateforme serveur Unix. L’archivage des VM Nutanix sur bandes est aussi de la partie via LTFS tout en gardant la même simplicité de fonctionnement. Il s’agit d’une utilisation populaire pour les rétentions longue durée et les sites cachés, nous a indiqué un responsable de Hycu.

Après avoir travaillé pour HP, F5 Networks, Citrix ou encore Microsoft, Hycu a choisi de miser sur l’hyperconvergence de Nutanix.

Restauration granulaire

La solution de Hycu, qui se présente sous la forme d’une plateforme et non pas d’un serveur, repose sur une appliance virtuelle déployable en cinq minutes dans un datacenter ou sur un site d’une filiale (robo). Comme ses concurrents récents, la solution de Hycu s’adapte aux environnements clefs dans les entreprises, et fonctionne en tant qu’appliance de sauvegarde virtuelle sur les clusters Nutanix. Les administrateurs informatiques créent et téléchargent des images d’appliances virtuelles Hycu sur les clusters Nutanix pour une sauvegarde rapide et peuvent utiliser ensuite la console Nutanix Prism pour gérer les sauvegardes. Hycu automatise aussi la détection des patterns applicatifs afin que les administrateurs puissent identifier les machines virtuelles exécutant des applications. Par exemple, Hycu peut identifier les VM exécutant SQL Server afin d’affiner la sauvegarde de ces bases de données. La solution peut également restaurer une base de données à un point spécifique dans le temps en faisant une reprise des logs SQL. Il est également possible de créer des flux de récupération spécifiques à certaines applications afin que les administrateurs puissent sauvegarder les applications en un seul clic. Un portail libre-service automatisé permet enfin aux utilisateurs de gérer leurs propres données pour récupérer un fichier sans s’adresser à l’IT.

Pour commencer, Hycu supporte des applications clefs dans les entreprises. 

Selon le dernier Magic Quadrant Gartner pour les infrastructures hyperconvergées, d’ici 2020, environ 20 % des applications critiques actuellement déployées sur une infrastructure informatique à trois niveaux passeront à une infrastructure hyperconvergée. Si cela se réalise – avec les projections des analystes, les surprises sont fréquentes – Nutanix et Hycu sont bien placés pour récolter une bonne part de ce marché. Un rapprochement plus étroit n’est donc pas exclu, même si les dirigeants de Hycu et de Nutanix qui se trouvaient à Sunnyvale lors de la présentation qui nous a été faite ont refusé de commenter un éventuel rachat. Il est intéressant de signaler que Rubrik n’est plus le partenaire privilégié de Nutanix dans le domaine de la sauvegarde. Les équipes de l’éditeur spécialisé dans la sauvegarde – avec un glissement vers le data management – n’ont plus accès aussi facilement qu’auparavant à la post-ingénierie de Nutanix. Un réalignement semble avoir été réalisé par Nutanix pour englober plus de solutions back-up dont Cohesity et Hycu. Comme nous l’a indiqué Simon Taylor,« avec Nutanix, nous souhaitons faire la même chose que Veeam avec VMware. » Pour l’instant, Hycu annonce déjà plus de 1000 clients avec Nutanix et utilise les 25 ans d’expérience de Comtrade Group dans d’externalisation informatique pour rassurer ses prospects. En France, l’équipe compte deux personnes qui travaillent étroitement avec Nutanix. Et pour cause, le vivier de prospects de Hycu est à 100% constitué de clients de Nutanix.

chevron_left
chevron_right