Intel débauche Jim Keller, ancien responsable de Zen d’AMD

Après un passage chez Tesla, Jim Keller, l’ancien responsable de la plateforme Zen chez AMD, rejoint Intel pour renforcer le vivier de talents du fondeur.

Après trois ans chez Tesla, Jim Keller revient à ses premiers amours, la conception de processeurs mais chez Intel cette fois. (Crédit Intel)

C’est une bonne nouvelle pour Intel : l’arrivée de Jim Keller, le cerveau à l’origine de l’architecture AMD Zen, au poste de responsable de l’ingénierie silicium va amener le fondeur de Santa Clara a repenser ses futures puces Core. Jim Keller, qui avait quitté AMD pour rejoindre Tesla en tant que chef de l’ingénierie des pilotes automatiques, a été débauché par Intel, a confirmé la société dans un tweet jeudi matin. Jim Keller rejoint son ancien collègue d’AMD, Raja Koduri, au poste clef de concepteurs de puces dans le groupe d’architecture d’Intel.

Jim Keller est l’un des noms les plus connus de l’industrie des semi-conducteurs, en particulier dans le domaine des microprocesseurs pour PC. Il était responsable de l’architecture K7 et K8 chez AMD, qui est finalement devenue l’Athlon 64 – l’une des rares périodes de l’histoire d’AMD où elle était en concurrence directe avec Intel, et a même été la première dans avec les instructions x86 64 bits. L’architecture Zen d’AMD, la base de ses puces Ryzen, a récemment conduit à une résurgence des profits et des revenus d’AMD.

1 à 2 ans avant de voir les puces Keller

« J’ai eu une grande expérience de travail chez Tesla, j’ai beaucoup appris et j’attends avec impatience la technologie de Tesla dans le futur. Ma passion de toute une vie a été de mettre au point les meilleurs produits en silicium au monde », a déclaré M. Keller dans un communiqué. « Le monde sera très différent au cours de la prochaine décennie en raison de l’évolution de l’informatique. Je suis ravi de rejoindre l’équipe Intel pour construire l’avenir des CPU, GPU, accélérateurs et autres produits pour l’ère de l’informatique centrée sur les données. »

Intel n’a pas encore révélé quelles seront les responsabilités exactes de Keller. Mais la combinaison de Raja Koduri et de Jim Keller prouve qu’Intel pense à nouveau sérieusement à la conception des puces, plutôt que de mettre en avant ses prouesses en fabrication, c’est-à-dire la loi de Moore. Pourtant rien ne devrait changer pour l’instant. Il faut un an ou deux (si ce n’est plus) pour qu’une conception de puce porte ses fruits. (Jim Keller avait été embauché chez AMD en 2012, et quitté la société en 2015.) Le fameux pendule à tic-tac de la loi de Moore, autrefois régulier, est en train d’être mis hors d’état de nuire. Si cet avantage disparaît, Intel devra trouver une autre stratégie pour réussir. Assembler les meilleurs concepteurs de puces est un choix évident. 

chevron_left
chevron_right