L’Adico fait appel à Numerize pour dématérialiser les actes d’état civil

L’Adico a dématérialisé en un an plus de deux millions d’actes d’Etat-Civil de ses collectivités membres en ayant recours à Numerize, contrat qui se poursuit. Cette démarche vise à l’intégration à Comedec, la plate-forme du Ministère de la Justice, qui alimentera à terme directement tous les services publics sans besoin de la moindre déclaration des administrés. L’État prépare ainsi le passage du « Dites-le moi une seule fois » à « Ne me dites rien, je sais déjà ».

Emmanuel Vivé, DG de l’Adico (Association pour le Développement et l’Innovation numérique des Collectivités), a piloté la dématérialisation de millions d’actes d’Etat-Civil.

Créée il y a une trentaine d’années sous le statut d’une association, l’Adico (Association pour le Développement et l’Innovation numérique des Collectivités) regroupe un millier de communes, essentiellement dans l’Oise mais également, suite à l’accord avec les conseils départementaux concernés, de départements limitrophes (Eure, Somme, Seine-Maritime). « Nous sommes un service informatique mutualisé » explique Emmanuel Vivé, DG de l’Adico. A l’époque, le statut associatif était une habitude pour ce genre de structures, même si beaucoup se sont ensuite transformées en syndicats mixtes ou en GIP. Faute d’intérêt à le faire, l’Adico n’a, elle, pas changé. Emmanuel Vivé ajoute : « Dans l’Oise, il y a 650 communes de moins de 3000 habitants où il serait évidemment absurde d’embaucher un responsable informatique propre. »

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur CIO.

chevron_left
chevron_right