Le cloud, destination privilégiée des projets analytiques

D’après une étude menée par le cabinet Vanson Bourne, plus des deux-tiers des grands comptes dans le monde pensent basculer d’ici 2023 l’ensemble de leur analytique dans le cloud.

Mettre dans le cloud l’analytique : l’optimisme ne fait pas la mise en oeuvre. (crédit : D.R.)

83 % des grandes entreprises dans le monde estiment que le cloud est la meilleure modalité pour réaliser leurs travaux de décisionnel. 69 % estiment que d’ici cinq ans (2023), la totalité de leur analytique aura d’ailleurs basculé. Mais la migration est plus lente que d’autres types d’applicatifs, 91 % jugeant que ce mouvement devrait donc s’accélérer, 85 % jugeant que le cloud est le meilleur endroit pour réaliser ce genre de tâches. Mais les freins existent et expliquent une adoption encore limitée. C’est ce que montre une récente enquête réalisée par le cabinet Vanson Bourne pour le compte de Teradata.

Il est vrai que le classique frein de la sécurité des données est bien invoqué par 50 % des répondants, ce qui est lié à des doutes sur la conformité réglementaire (35% des répondants) et le manque de confiance (32%). Mais le plus grave est probablement que 49 % des répondants jugent les technologies immatures et peu performantes.

Il y a malgré tout un certain optimisme lié aux autres usages du cloud. Le cloud public est ainsi déjà utilisé par 39 % des répondants quelque part dans l’entreprise (35 % dans la totalité de l’organisation). 92 % estiment plutôt bien réussir leurs projets dans le cloud public.

chevron_left
chevron_right