Le code, une compétence professionnelle secondaire pour 43% des lycéens

D’après une étude menée par l’Institut Juniors & Co auprès de 201 lycéens français, ces derniers sont de plus en plus sensibilisés à l’apprentissage du code. Plus d’un tiers estiment que les programmes scolaires n’intègrent pas du tout les compétences liées aux nouvelles technologies.

L’apprentissage du code en environnement scolaire est poussé au plus haut niveau de l’Etat mais ses atouts sont encore loin d’être perçus par tous les élèves. (crédit : D.R.)

L’apprentissage du code à l’école fait partie des derniers chevaux de bataille de l’Education nationale. Depuis 2016, l’enseignement de l’informatique – comprenant aussi bien le coding que l’algorithmie – a été introduit dans les collèges, sachant qu’une sensibilisation au code est également proposé dès l’école primaire. Cela fait plusieurs années que le ministère soutient les initiatives visant pour promouvoir auprès d’un plus grand nombre d’élèves – mais également des parents et enseignants – l’apprentissage du code, comme par exemple via la 2017 la Code Week » dont la dernière édition s’est déroulée du 2 au 7 octobre 2017.

Alors que les pouvoirs publics poussent de toutes leurs forces pour inciter les élèves français à se mettre au code, qu’en est-il dans la réalité ? Une étude, menée par l’Institut Juniors & Co pour le compte de Texas Instruments et à laquelle 201 lycéens et 477 parents ont répondu en ligne du 7 au 14 mai 2018 – apporte quelques éléments de réponse. A la question « Les programmes scolaires intègrent-ils assez les nouvelles compétences liées aux nouvelles technologies ? », 36% des lycéens ont répondu par la négative, sachant qu’ils sont 32% à penser qu’ils offrent une bonne initiation mais seulement 4% à dire que cela est totalement le cas. Des chiffres cependant à relativiser compte-tenu de la probable inertie entre la volonté gouvernementale de pousser le code au lycée et sa prise en compte effective dans les programmes.

Des enseignants qui misent sur l’auto-apprentissage pour former les élèves au code

Questionnés sur le fait de savoir si le coding « va faire partie des compétences à maîtriser pour un futur métier », 43% des lycéens interrogés pensent le contraire en 2018. L’année dernière, ils étaient pourtant moins à le penser (31%)… En revanche, la connaissance du terme coding commence à être plus familière pour les lycéens : ils étaient 26% à ne pas savoir du tout ce que c’était en 2017, ils sont cette année 19%. Soit un chiffre à peine moins bon que parmi les enseignants (17%) qui regrettent quant à eux de ne pas être suffisamment formés (25%) pour enseigner la programmation à leurs élèves et qui déclarent avoir massivement opté pour une auto-formation (73%) pour répondre à l’enjeu d’apprentissage du code à l’école. A la question de savoir qui va former les formateurs, l’Education Nationale apportera-t-elle une réponse pour la rentrée 2018 ? 

chevron_left
chevron_right