Le DNS de CenturyLink à l’origine de la panne de Microsoft 365

CenturyLink a reconnu qu’un défaut logiciel entrainant une interruption de ses services DNS a affecté la connectivité aux ressources cloud d’un client, Microsoft 365 en l’occurence.

C’est donc CenturyLink DNS qu’il faut blâmer pour la dernière panne des services Microsoft 365.

Un défaut logiciel est responsable du problème d’authentification qui a perturbé les services de Microsoft 365 partout dans le monde le 30 janvier pendant trois heures. Selon Microsoft, les ingénieurs ont identifié un problème de DNS chez CenturyLink, un fournisseur externe. Dans un communiqué, CenturyLink a déclaré que ses services DNS avaient subi une interruption en raison d’un défaut logiciel, affectant la connectivité aux ressources cloud d’un client. Par conséquent, les services DNS n’ont pas été fournis à un autre fournisseur DNS pour atténuer le problème. « Nous savons à quel point ces services sont importants et nous sommes intervenus rapidement pour rétablir la connectivité », a déclaré un porte-parole de CenturyLink.

Selon Microsoft, les problèmes liés au service d’authentification sont apparus le mardi 29 janvier à 21h15 UTC (22h15, heure française) et ils ont été résolus trois heures plus tard. « Dynamics 365, LinkedIn, et d’autres services qui exploitent Azure Active Directory (AAD) ont également été impactés », a déclaré Microsoft dans une mise à jour de statut, et la perturbation s’est répandue en Australie, au Royaume-Uni, en Europe et aux États-Unis. Les alertes, y compris les alertes de service médical, n’ont pas fonctionné pendant un certain temps pour les clients utilisant Azure Monitor. Selon Microsoft, les services ont été transférés à un autre fournisseur de réseau et de nombreux redémarrages ciblés ont été effectués.

Au mois de novembre, les utilisateurs de Microsoft Office 365 avaient déjà subi deux pannes. La première s’est produite le 19 novembre, empêchant les utilisateurs de se connecter à leurs comptes à l’aide de l’authentification multi-facteurs (MFA). La seconde a eu lieu huit jours plus tard, le 27 novembre. À l’époque, Microsoft a déclaré que les clients utilisant l’authentification multi-facteurs (AMF) pouvaient rencontrer des problèmes de connexion intermittents aux ressources Azure, comme Azure Active Directory, quand l’AMF était requise par la politique.

chevron_left
chevron_right