Le réseau cybecriminel InFraud démantelé

Les Etats-Unis aidés par six autres pays dont la France ont mis à terre un réseau de cybercriminel sévissant sur le dark web et responsable d’avoir causé à des entreprises, des institutions financières et des personnes individuelles plus de 430 millions d’euros de pertes. Parmi les 36 pirates mis en cause, un français a été arrêté.

Le réseau de cybecriminels InFraud installé dans le darkweb permettait notamment d’acheter des numéros de cartes bancaires volés. (crédit : D.R.)

Le département américain de la Justice a annoncé le démantèlement d’un puissant réseau de cybercriminels sévissant à l’échelle mondiale. Cette opération a nécessité la coopération des forces de police et de justice aux Etats-Unis ainsi que dans 6 autres pays : l’Australie, le Royaume-Uni, la France, l’Italie, le Kosovo et la Serbie. Le réseau qui a été mis à bas, InFraud, et qui comporte selon les enquêteurs 11 000 membres, a causé de lourdes pertes à la fois pour des entreprises, des institutions ainsi que des personnes individuelles pour un montant de 431 millions d’euros (530 millions de dollars). 

Le groupe InFraud avait plusieurs spécialités, au premier rang desquelles, le vol de numéros de cartes de crédit et de débit bancaires (évaluées à 4,3 millions dans le monde), la vente de faux papiers d’identité, ou encore la conception de malwares. Parmi les 36 personnes impliquées dans 7 pays – 4 sont qualifiés de supermodérateurs, 23 de vendeurs, 4 de VIP et trois sont de simples membres actifs. L’un des administrateur de ce réseau, originaire d’Ukraine,  Svyatoslav Bondarenko, n’a pas été retrouvé. Parmi les 13 personnes d’InFraud arrêtées, on trouve un Français.

chevron_left
chevron_right