Le supercalculateur Muse de l’Université de Montpellier monte à 280 Tflops

Pour les besoins en calcul haute performance des scientifiques, industriels et start-ups de sa région, l’Université de Montpellier a confié à Dell EMC la refonte de son infrastructure HPC. Le projet, réalisé en 12 mois, s’est concrétisé dans le cluster Muse qui offre une puissance de 280 teraflops.

Le cluster HPC de l’Université de Montpellier recèle 308 serveurs Dell EMC basés sur des Xeon E5 et 1,3 petaoctet de capacités de stockage. (Crédit : D.R.)

Le centre de compétences HPC de l’Université de Montpellier met sa puissance de calcul haute performance à la disposition des universitaires, des laboratoires et des start-ups de la région Occitanie. En 2016, il a refondu son infrastructure en s’appuyant sur des serveurs et des solutions de stockage fournies par Dell EMC et dispose désormais avec son cluster Muse d’une puissance de 280 Tflops. Ce dernier s’appuie sur 308 serveurs PowerEdge C6320 basés sur de puces Xeon E5-2680 v4 d’Intel et soutenus par 128 Go de mémoire vive par nœud. La capacité de stockage rapide monte à 1 petaoctet auquel s’ajoute 326 To de stockage pérenne. Le réseau d’interconnexion repose sur la technologie OmniPath à 100 Gb/s d’Intel. Ce faisant, le centre HPC a multiplié par 8 ses noeuds de calcul et par 3 sa rapidité de stockage, ce qui lui a permis de gagner 20% de capacité en plus pour les besoins à venir. Du côté de l’efficacité énergétique, les gains ont été de 40% supérieurs à ce qui était prévu au départ. Enfin, l’administration a pu être réduite de moitié. 

Pour accéder à ces ressources de calcul HPC, les demandes doivent être adressées au centre qui les traite au fil de l’eau. La tarification s’élève à 0,02 € par heure et par cœur. Il est possible d’accéder à un nœud exclusif pour 2 500 € par an en disposant de 3 To d’espace de stockage et d’une file d’attente exclusive paramétrée selon les besoins de l’utilisateur. L’accès au calculateur haute performance peut se faire sous Linux, Windows ou MacOS (sur son site, le centre de compétences détaille le mode d’accès via le protocole SSH). Le cluster HPC fonctionne sous la distribution CentOS 7.2 de Linux, avec le gestionnaire de soumission de travaux Slurm. Il permet d’effectuer du calcul distribué, du calcul en mémoire partagée et du calcul réparti. Les langages historiquement utilisés – C, C++ et Fortran – se complètent aujourd’hui de Python, R et Matlab.

Une visite virtuelle du cluster Muse est accessible en ligne.

C’est en 2015, à la suite de la fusion entre sa faculté de médecine et de sciences, que l’Université de Montpellier a décidé de refondre son infrastructure pour en faire un centre de calcul mutualisé accessible aux scientifiques et aux industriels pour la modélisation numérique, la simulation, l’intelligence artificielle, etc. Il fallait pouvoir réaliser le projet en 12 mois, ce qui a conduit au choix de Dell EMC et Intel, « seuls partenaires en mesure de tenir le délai », explique l’établissement dans un communiqué. « Grâce au déploiement de notre solution Dell EMC et Intel, nous avons multiplié par 12 la puissance de notre environnement HPC », souligne Christophe Fiorio, vice-président, délégué à la stratégie de l’immobilier et du système d’information de l’Université de Montpellier. « Ainsi nous pouvons répondre à tous nos besoins en calcul, du traitement rapide des big data à du calcul parallèle ».

Dans le secteur de la santé, les systèmes HPC sont notamment utilisés pour étudier la propagation des épidémies. Le secteur de l’aéronautique y recourt de son côté pour ses analyses d’aérodynamisme. Le centre de compétences HPC de l’Université est également un acteur de la French Tech à Montpellier.

chevron_left
chevron_right