Les ventes de tablettes surnagent grâce aux fournisseurs premium

Ayant presque tous enregistré des ventes en hausse au troisième trimestre 2017, les principaux constructeurs de tablettes captent désormais 70% des livraisons de ces produits en Europe de l’Ouest.

En Europe de l’Ouest, les marques premium restent épargnées par la baisse des ventes de tablettes. (Crédit Samsung)

Le marché des tablettes est à la peine en Europe de l’Ouest depuis de nombreux trimestres et le troisième trimestre 2017 n’a pas changé la donne. Entre juillet et septembre, 7,8 millions de terminaux ont été commercialisés dans la région, soit un recul de 5% comparé à la même période en 2016, selon IDC. En valeur, la baisse a été limitée à 0,1%. L’impact de l’évolution générale des livraisons est variable selon le profil des fournisseurs. Globalement, les plus grands d’entre eux n’ont pas souffert. Les livraisons trimestrielles de Samsung ont ainsi crû de 7,6%, celle de Lenovo de 17,8%, celles d’Amazon de 69% et celles de Huawei de 40,7%. Seul Apple affiche un recul (-2%).

A l’opposée, la myriade d’acteurs de petites taille, souvent composée de fabricant locaux, a enregistré des ventes cumulées en chute de 28,6% à 3,4 millions d’unités. « Les fabricants les plus petits affrontent des acteurs beaucoup plus importants qui proposent des produits haut de gamme et les concurrencent aussi sur le terrain des terminaux à bas prix », explique Laura Llames, analyste chez IDC. Résultat, les marques A ont une position quasiment hégémonique. Entre les troisièmes trimestres 2016 et 2017, leur part du marché des tablettes est passée de 60 à 70% à l’Ouest du vieux continent.

Le grand public efface la croissance du marché professionnel

L’évolution des ventes enregistrées entre juillet et septembre dernier est également bien différente selon les profils d’acquéreurs. Sur le segment professionnel, elles se sont appréciées de 3,4%, notamment grâce aux livraisons de tablettes classiques aux entreprises qui ont connu leur première progression (+4%) depuis le début 2017. Néanmoins, cela n’a donc pas suffit à contrebalancer la baisse de 7,1% des achats des particuliers.

Sur le segment grand public, les ventes de terminaux à clavier détachables se sont notablement repliées (-14,3%) avec pour effet de faire décroître les livraisons globales de ce type de terminaux de 8,5%. Selon IDC, ce recul s’explique en bonne partie par l’adoption rapide des tablettes convertibles qui leur font concurrence. Mais là encore, l’addition aurait pu s’avérer plus salée pour les tablettes à clavier détachable si les entreprises n’avaient pas rehaussé la moyenne avec des achats en croissance de 2,2% (+12,9% en France ; +17,5% en Allemagne).

chevron_left
chevron_right