Semiconducteurs : Le français Linxens racheté par un chinois 2,2 Md€

D’après l’agence Reuters, le fabricant français de puces Linxens a été racheté par le groupe chinois Tsinghua Unigroup pour 2,6 milliards de dollars. Ce dernier s’est démarqué en accélérant ses prises de participation notamment chez Western Digital.

Christophe Duverne, président et directeur général de Linxens, entreprise jusqu’ici française qui cultive le goût du secret. (crédit : D.R.)

Le discret industriel français Linxens, spécialisé dans la fabrication de cartes à puces, est passé sous pavillon chinois. C’est en tout cas ce qu’indique l’agence de presse Reuters en annonçant que le groupe a été racheté par son homologue chinois Tsinghua Unigroup. Le montant n’a rien d’anecdotique et s’élève à 2,2 milliards d’euros (2,6 milliards de dollars) d’après plusieurs personnes proches du dossier. « Cet accord, qui a été selon ces sources signé il y a plus d’un mois et qui n’avait pas été publiquement annoncé, sera un test clé de la position des régulateurs européens sur l’investissement chinois en hausse dans cette zone dans un contexte de détérioration des relations commerciales avec les États-Unis », indique l’agence.

Pour financer cette transaction, Tsinghua Unigroup aurait notamment contracté un prêt de 1,5 milliard d’euros (1,75 milliard de dollars) auprès de 4 banques dont Credit Suisse. Cette acquisition intervient après plusieurs opérations de croissance externe du fabricant chinois de semiconducteurs dont une montée au capital de l’allemand Dialog Semiconductor, des taïwanais Powertech, ChipMOS et Siliconware Precision Industries, ou encore de la prise de participation à hauteur de 15% du fabricant de disques durs Western Digital. 

Contacté par la rédaction pour confirmer son rachat et des précisions, une fin de non recevoir nous a été donnée : « On ne peut pas vous passer quelqu’un, on ne fait jamais de communication. Très rarement », nous a indiqué de façon lapidaire une porte-parole du groupe.

chevron_left
chevron_right