Telegram compte lever jusqu’à 1,2 Md$

La société Telegram à l’origine de la messagerie chiffrée éponyme s’apprêterait à lever jusqu’à 1,2 milliard de dollars par le biais d’une ICO. Une somme qui permettrait notamment de financer son entrée sur le marché des cryptomonnaies.

Pavel Durov, CEO de Telegram, ambitionne de percer sur le marché des cryptomonnaies. (crédit : D.R.)

Acteur incontournable sur le marché des messageries chiffrées, Telegram s’apprête à changer de braquet. D’après Business Insider, la société se prépare en effet à lancer une ICO (Initial Coin Offering) pour un montant maximal de 1,2 milliard de dollars. Une ICO est une méthode de levée de fonds permettant l’émission d’actifs numériques échangeables contre de la cryptomonnaie. D’après les documents sur lesquels Business Insider a pu mettre la main, l’opération se déroulerait en deux temps, avec une ICO privée en février 2018 et une autre en mars ouverte à tous. Telegram espère lever un minimum de 600 millions de dollars mais vise plutôt 1,2 milliard de dollars. Cette levée serait quoi qu’il en soit bien supérieure à celle de 257 millions de dollars effectuée en septembre dernier par Filecoin.

Les fonds levés doivent permettre à Telegram de créer sa plateforme blockchain baptisée Telegram Open Network (TON) pour « héberger une nouvelle générations de cryptomonnaies et d’applications décentralisées ». Les investisseurs ayant participé à l’ICO de la société recevront des jetons TON, mais pas avant décembre 2018. Ces derniers ne devraient pas être cotées sur le places de marché avant 2019. En lançant TON, Telegram pense pouvoir résoudre un problème auquel ni Bitcoin, ni Ethereum n’ont pu répondre.

Vers une alternative à Visa et Mastercard ?

« Bitcoin s’est positionné lui-même en tant qu’or numérique et Ethereum a prouvé qu’il était une plateforme efficace pour la vente d’une foule de tokens. Cependant, il n’existe pas de standard de cryptomonnaie utilisé pour de l’échange régulier de valeur dans la vie de tous les jours des gens ordinaires. » Et le spécialiste de la messagerie chiffrée d’enfoncer le clou : « Telegram utilisera son expertise dans le stockage de données distribuées chiffrées pour créer TON, une architecture multi-blockchain rapide et intrinsèquement évolutive. TON peut être considéré comme un supercalculateur décentralisé et un système de transfert de valeur. En combinant un temps de transaction minimum et une sécurité maximale, TON peut devenir une alternative VISA / Mastercard pour la nouvelle économie décentralisée. » Les récents soubresauts sur le marché des cryptomonnaies relativisent toutefois cette ambition de concurrencer les ténors du marché des transactions bancaires. Un Monsieur Bitcoin – Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France – vient d’ailleurs d’être missionné par le Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire pour conseiller le gouvernement sur ces questions.

chevron_left
chevron_right