Test Apple iPhone X : Le meilleur smartphone pro (2e partie)

L’ iPhone X d’Apple est rempli de technologies innovantes qui annoncent déjà les développements des iPhone de la prochaine décennie. Certes, ce dernier modèle coûte cher, mais c’est le meilleur smartphone disponible aujourd’hui sur le marché.

Lancé à un prix coquet, l’iPhone X est toutefois convaincant au quotidien. (Crédit Apple)

Pour lire la première dossier de ce test, cliquez sur ce lien.

Le meilleur de tous les écrans OLED

L’écran Oled de 5,8 pouces est l’autre point fort de l’iPhone X. Selon notre confrère, de tous les écrans qu’il a testés, c’est indéniablement le meilleur et à coup sûr aucun iPhone n’a jamais été équipé d’un écran de cette qualité. Si selon certains, le verre de l’écran des premiers smartphones d’Apple tenait les animations et les contenus à distance, celui de l’IPhone X rapproche incroyablement le contenu de la surface. Et l’effet visuel est époustouflant. Avec ses 458 pixels par pouce (ppi) pour une résolution de 1125 x 2436 pixels, cet écran Oled multitouch capacitif est le plus dense de tous les produits Apple à ce jour. À titre de comparaison, les écrans Oled des Galaxy S8 et S8+ de Samsung atteignent respectivement 570 et 529 ppi.

Par ailleurs, l’écran de l’iPhone X offre un espace de couleur DCI-P3 Wide Color Gamut, conforme aux normes Dolby Vision et HDR10. Ces normes servent à qualifier les écrans aux couleurs vives et précises, offrant des nuances subtiles et capables de restituer des images, des vidéos et des éléments riches en détails, sans sur ou sous-saturation. Autant dire des couleurs plus fidèles à la réalité, avec des noirs très profonds. En effet, les spécifications techniques de l’écran indiquent un taux de contraste de 1000000:1. La profondeur des noirs est une des spécificités des écrans Oled. Chaque pixel est « allumé » pour afficher une couleur ou « éteint » pour afficher du noir. La qualité du contraste saute aux yeux quand on compare l’écran de l’iPhone X avec un écran non Oled. Même pour afficher du « noir », l’écran LCD utilise toujours une quantité minimale de lumière, car le rétroéclairage est actif en permanence.

 

À gauche, l’affichage d’une image noire sur l’iPhone 7+, où l’on perçoit encore de la lumière à l’écran. À droite, un vrai noir sur l’écran OLED de l’iPhone X. (Crédit : Michael De Agonia) 

Apple a consacré beaucoup d’efforts à son nouvel écran. Chaque panneau d’iPhone X est étalonné en usine selon les spécifications d’Apple, ce qui n’est pas le cas des autres smartphones de la marque. Ce calibrage permet aux utilisateurs de l’iPhone X de bénéficier d’une expérience visuelle cohérente, c’est-à-dire qu’une image affichera des couleurs identiques sur n’importe quel iPhone X.

Le spécialiste mondial des tests vidéos, DisplayMate, conclut le test du Super Retina de l’iPhone X en déclarant : « Selon nos tests et nos mesures de laboratoire, l’iPhone X est l’écran le plus performant de tous les smartphones que nous avons testés à ce jour, et nous lui accordons la meilleure note A+ de DisplayMate. L’écran de l’iPhone X est impressionnant, son calibrage est quasi parfait ». L’écran intègre des technologies qui rendent la vision plus confortable, notamment les technologies True Tone et Night Shift (pour les situations de faible luminosité), plus une couche tactile avec un taux de rafraichissement de 120 Hz (la dalle réagit avec beaucoup de douceur aux pressions et aux gestes à l’écran), et une technologie qui réduit le burn-in à long terme, à laquelle pourraient prétendre tous les écrans OLED.

 

Les tests de DisplayMate accordent le score A+, le plus élevé, à l’écran OLED de l’iPhone X pour la qualité quasi parfaite de l’étalonnage des couleurs et les performances. (Crédit Ken Mingis)

La technologie True Tone utilise un capteur de lumière intégré à six canaux pour ajuster la balance des blancs en fonction de la température de couleur de la lumière ambiante. Cela revient à émuler une feuille de papier et permet de réduire la fatigue oculaire. Quant à la technologie Night Shift, elle modifie le point blanc de l’affichage au coucher du soleil (par défaut) et le rétablit à sa valeur normale au lever du soleil. Il est possible de personnaliser la fonction ou de la désactiver totalement. Ce réglage permet de réduire la quantité de lumière bleue absorbée par les yeux, lumière qui peut avoir un impact sur le cycle du sommeil.

Notre confrère a néanmoins remarqué une légère distorsion de la couleur quand on regarde l’écran de l’iPhone X dans les angles. Selon lui, les écrans LCD TFT des précédents iPhone avaient perfectionné la cohérence des couleurs aux angles. Mais DisplayMate précise que pour un Oled l’écran de l’iPhone X présente la plus petite variation de luminosité sur les angles. On ne peut que les croire. Notre confrère espère par ailleurs que les écrans des futurs iPhone bénéficieront d’un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Sur l’iPhone X, le taux de rafraichissement de la dalle tactile est de 120Hz, offrant des animations fluides à 60 images par seconde (i/s). Mais le texte reste flou quand on fait défiler des documents ou des pages Web, car le taux de rafraîchissement de l’écran est toujours de 60 Hz. En doublant ce taux, le texte serait lisible pendant le défilement. Apple a déjà intégré cette technologie dénommée Pro Motion sur ses iPad, et le texte apparaît effectivement net et lisible pendant le défilement. Notre confrère estime que le prochain iPhone devrait bénéficier de la même technologie.

La puce A11 : des performances adaptées à l’affichage

Les iPhone sortis cette année intègrent la puce 6 cœurs « Bionic » A11 d’Apple, plus un coprocesseur de mouvement M11 (utilisé pour le capteur et pour Siri) ainsi qu’un nouveau moteur Neural. Neural Engine est spécifiquement dédié au traitement des processus d’apprentissage machine qui entrent notamment dans l’identification des images d’objets, de lieux et de personnes. Le moteur sert également à la reconnaissance faciale Face ID et à la fonction Animoji. Enfin, il abrite le coprocesseur Secure Enclave, un espace crypté à l’intérieur du chipset qui sert à stocker les données des cartes de profondeur et les données d’images infrarouges utilisées pour l’authentification Face ID. Secure Enclave contient et protège toutes les données biométriques utilisées par le système et empêche leur diffusion hors de l’appareil.

Parmi les 6 cœurs du chipset A11 Bionic, 4 sont des cœurs dits à haute efficience, 70 % plus rapides que ceux de l’iPhone 7, et 2 sont des cœurs dits à haute performance, 25 % plus rapides que ceux de l’iPhone 7. À la différence de la puce A10, qui n’est pas capable d’exploiter les deux séries de cœurs en même temps, la puce A11 peut faire tourner les 6 cœurs simultanément si les applications ont besoin d’une puissance de traitement plus importante. La puce Bionic intègre également le premier processeur GPU conçu par Apple, jusqu’à 30 % plus rapide que les GPU des générations précédentes. Le GPU est ajusté pour Metal 2, un logiciel de graphisme conçu par Apple pour aider les développeurs à créer des jeux de qualité équivalente aux jeux de console. Il est aussi adapté pour Core ML qui permet aux développeurs d’intégrer des fonctions d’apprentissage machine dans leurs apps. L’ensemble offre des meilleurs temps de réponse graphique.

Quelle puissance pour la puce A11 Bionic ?

Dans certains cas, les benchmarks placent la puce A11 à égalité avec le processeur Core i5-7267U d’Intel que l’on trouve dans le Macbook Pro 13 pouces. En utilisation réelle, l’iPhone X est extrêmement réactif, mais cela n’est pas uniquement lié à sa puce 6 cœurs, plus rapide. On doit aussi cette réactivité au logiciel développé par Apple, optimisé pour exploiter au mieux le hardware maison. Par exemple, quand on prend des photos, les images sont analysées instantanément pour fournir les meilleurs résultats possibles et réduire le bruit au minimum. Autre exemple : dans la fonction Face ID (ou les Animojis), c’est le moteur Neural qui calcule le traitement de l’image pour la détection des personnes, des objets, ou des lieux. Le moteur prend en charge 600 milliards d’opérations par seconde et allège d’autant la charge des processeurs principaux. La puce 6 cœurs s’appuie sur des technologies intégrées à iOS pour déterminer quels cœurs – plusieurs ou tous – il faut utiliser en fonction de la tâche. Ces personnalisations spécifiques sont le fruit de plusieurs années de travail des équipes hardwar

chevron_left
chevron_right