ZFS au coeur des NAS open source d’iXsystems

Avec son système d’exploitation open source reposant sur FreeNAS, iXsystems se positionne comme un acteur atypique sur le marché des appliances de stockage. Une solution taillée pour concurrencer le stockage cloud avec un meilleur rapport prix/performances.

Assemblés à San José, les NAS d’iXsystems repose sur le système d’exploitation FreeBSD. (Crédit S.L.)

En direct de San José – Beaucoup d’acteurs se disputent aujourd’hui le marché du NAS entreprise. Des systèmes utilisés pour le partage de fichiers en réseau mais également la sauvegarde, l’archivage et la récupération après sinistre. Concurrent de QNAP, Synology, Dell ou encore Thecus, iXsystems se distingue avec un ADN open source qui remonte à la création de FreeBSD. Relancée en 2002 après une histoire mouvementée avec Wind River Systems, iXSystems emploie aujourd’hui 130 personnes à San José, avec 40% d’ingénieurs et des techniciens pour monter localement les châssis des NAS et des JBOD. Interrogé sur la question de la sous-traitance, Brett Davis, exécutif vice-président, nous a répondu qu’une production interne était plus indiquée quand on voulait contrôler la qualité des produits. Nous vendons entre 5 et 10 000 NAS par an ».

L’expertise open source est au cœur de l’activité d’iXsystems qui emploie FreeNAS dans ses configurations entreprises 1U, 2U et 4U baptisés TrueNAS mais aussi grand public commercialisées sous l’appellation FreeNAS. Contributeur au projet FreeBSD, iXsystems est en effet à l’origine du système FreeNAS, un stockage défini par logiciel qui utilise le système de fichiers OpenZFS pour permet à l’utilisateur de créer un serveur de stockage complètement open source pour les clients Windows, Macintosh, Unix et Virtualization dans des configurations hybrides et flash jusqu’à 4,8 pétaoctets en capacité brute. TrueNAS prend en charge les protocoles de VMware VAAI, Microsoft CSV, ODX et VSS, ainsi que Veeam. Plateforme de stockage réseau unifiée, TrueNAS supporte bien sûr NFS, SMB, mais aussi le mode bloc avec l’iSCSI et même l’objet avec S3. Les fonctions de déduplication et de compression sont apportées par OpenZFS, tout comme la réplication et les snapshots.

Des appliances assemblées en Californie 

« Nous sommes un system builder et non pas un VAR. Nous assemblons nos propres serveurs – avec un châssis SuperMicro- depuis 20 ans et une configuration sur-mesure pour 70% des produits. […] Un client pour venir nous voir avec une demande précise et nous regardons ce qu’il est possible de faire. Nous travaillons étroitement avec le client pour désigner le produit avec des composants standard. Nous utilisons ce que les clients demandent ». Nous misons sur le software defined storage mais en stockage le logiciel et le matériel sont inséparables. Le contrôle du matériel est un mal nécessaire, même s’il s’agit d’une commodité. Nous sommes une hardware compagnie et un éditeur de logiciel open source. Les appliances FreeNAS (disponible sur Amazon), en entrée de gamme, sont plutôt destinés au grand public, alors que la gamme TrueNAS (hybride et flash) se destine aux entreprises. Cette dernière apporte les liens Fiber Channel (2, 4 et 8 Gb/s), quatre composants internes remplaçables à chaud ainsi qu’un support avancée pour FreeNAS. Ce qui n’est pas le cas pour la version open source et les produits grand public.

Les NAS sont testés à l’usine avant d’être expédiés aux clients. (Crédit S.L.)

En entrée de gamme pour les entreprises, on trouve les TrueNAS X (jusqu’à 720 To en capacité brute et jusqu’à 1,8 To avec déduplication et compression à partir de 6 000$) avec un ou deux contrôleurs et pour la performance les modèles TrueNAS Z (jusqu’à 4,8 Po brutes et 12 Po optimisés avec deux contrôleurs redondants à partir de 13 000$). La Z50 est un modèle full flash d’une capacité brute de 430 To. Les TrueRack s’aventurent quant à eux sur le marché des appliances convergés pour aider à repenser la structure des datacenters avec un TCO inférieur à celui du cloud. L’idée est de concurrencer les très couteux abonnements des géants du cloud (sur le long terme) avec une solution locale et néanmoins ouverte avec le support des VM et des containers.

Depuis, les années 2000, FreeNAS a connu 10 millions de téléchargements et 1000 contributeurs participent aujourd’hui au développement de la solution (voir capture avec les chiffres). La tarification est très simple, tout est inclut dans le produit même le support de GDPR, notamment au niveau du chiffrement des données sensibles. 

chevron_left
chevron_right