Amazon prêt à abandonner définitivement Oracle

Le géant du commerce en ligne Amazon aurait décidé de tirer un trait définitif sur l’utilisation de la base de données Oracle d’ici 2020. Les deux géants américains sont en guerre ouverte depuis de longues années.

Andy Jassy, CEO d’Amazon Web Services avait raillé son concurrent Oracle lors de sa keynote 2017 à Las Vegas. (crédit : D.R.)

Amazon et Oracle se cherchaient depuis des années, ils ont apparemment fini par se trouver. Enfin plutôt se séparer définitivement. Alors qu’en janvier dernier, une source interne du géant du commerce en ligne faisait savoir qu’une réduction de la dépendance d’Oracle était actée, le divorce serait bientôt entièrement consommé. « Le géant du commerce électronique, qui a déjà déplacé une grande partie de son infrastructure en interne vers AWS, prévoit de se passer complètement du logiciel de base de données propriétaire d’Oracle d’ici le premier trimestre de 2020, selon des personnes proches du dossier », indique CNBC.

Ce projet de délestage ne date cependant pas d’hier et aurait été initié il y a près de 5 ans. Le principal grief d’Amazon envers Oracle serait lié au manque de capacité de la technologie de sa base de données pour répondre à ses besoins de performances.

Cela fait de longues années que les deux géants IT multiplient les piques réciproques, les dissensions s’étant multipliées ces derniers mois. Lors de sa dernière conférence annuelle OpenWorld d’octobre 2017, Oracle avait ainsi taclé que les workloads cloud Amazon étaient jusqu’à 6 fois plus chers que les siens. Ce à quoi Andy Jassy, CEO d’AWS, avait répondu du tac au tac lors de la conférence re:Invent de Las Vegas que la firme de Larry Ellsson était « bien derrière elle dans le cloud ».

chevron_left
chevron_right