Cisco ouvre sa plateforme de gestion centralisée de réseau DNA Center aux DevOps

L’accès des développeurs à la plateforme de gestion centralisée de réseau DNA Center de Cisco pour la performance, l’automatisation, la sécurité, la conformité et l’analyse va permettre aux clients de construire des applications réseau stratégiques.

La communauté des développeurs de Cisco rassemblent 500 000 codeurs selon l’équipementier. (Crédit IDG)

La décision annoncée cette semaine par Cisco d’ouvrir sa plateforme de gestion centralisée DNA Center à la communauté des développeurs qui souhaitent s’engager dans la programmation réseau de prochaine génération est audacieuse. Au cœur de son initiative Intent Based Networking lancée l’été dernier, Cisco DNA Center apporte aux réseaux d’entreprise des capacités d’automatisation, de contrôle de la qualité, de sécurité, de conformité, d’approvisionnement et de segmentation basées sur les politiques. Lors du dernier Cisco Live organisé à Orlando du 11 au 14 juin, David Goeckeler, vice-président exécutif et directeur général des réseaux et de la sécurité chez Cisco, a déclaré : « L’ouverture de la plate-forme de gestion centralisée DNA Center signifie que les partenaires et clients de Cisco peuvent disposer de puissants outils d’automatisation et de contrôle de la qualité à l’échelle du réseau ». Ajoutant que « les nouvelles applications pourront utiliser le réseau programmable pour améliorer la performance, la sécurité et les perspectives commerciales ».

Les partenaires et clients auront notamment accès à plus de 100 API qui permettent aux applications IT et métiers de communiquer en permanence au réseau leurs besoins de performance, de politique et de conformité ; à des adaptateurs et connecteurs pour l’intégration avec d’autres systèmes IT et réseaux (par exemple ITSM et IPAM) afin que les équipes puissent rationaliser les flux de travail IT ; à des adaptateurs et des connecteurs pour l’intégration avec d’autres domaines d’infrastructure (datacenters, cloud et sécurité) de sorte que les administrateurs puissent étendre partout les capacités des réseaux intuitifs ; un SDK pour permettre la prise en charge des périphériques des fournisseurs de réseaux tiers, et aux clients/développeurs d’utiliser un réseau basé sur l’intention Intent-Based Network dans des environnements multifournisseurs.

Une communauté DevOps en croissance

Pour réussir, ce projet communautaire a besoin de beaucoup de partenariats, de développeurs et autres intégrateurs tiers. Cisco a précisé que 15 partenaires, dont Accenture, Dimension Data, IBM, Microfocus, ServiceNow et World Wide Technology, développaient actuellement des applications pour la plateforme. Lors du Cisco Live, le spécialiste de l’intermédiation ServiceNow a présenté son application pour DNA Center qui lui permet de créer automatiquement des tickets de dépannage. Après quoi, « ServiceNow peut autoriser le DNA Center à lancer les étapes correctives et clore la demande d’intervention plus rapidement et avec plus de précision que ne pourrait le faire chaque système indépendamment », comme l’a expliqué l’entreprise.

Concernant la communauté des DevOps, Cisco a déclaré cette semaine que sa propre communauté DevNet comptait désormais 500 000 membres inscrits, dont un grand nombre s’intéresse à la programmation réseau. « Notre communauté de 500 000 membres écrit du code qui peut être exploité et partagé par d’autres. DevNet crée un écosystème d’innovation dans le domaine du réseau qui sera au cœur des applications de prochaine génération et des entreprises de demain », a déclaré Susie Wee, CTO de Cisco DevNet.

Le logiciel, clef de la mise en réseau

Toujours pendant le Cisco Live d’Orlando, Jerry Sheehan, DSI de l’Université de l’État du Montana, a expliqué à un panel d’utilisateurs pourquoi le logiciel était désormais le moteur essentiel des technologies réseaux. Quand l’université a eu besoin de faire une mise à niveau du réseau, elle savait que des choix – ne prenant en compte que le hardware – n’offriraient pas une solution suffisamment flexible. L’université, qui a été l’une des premières à adopter le DNA Center de Cisco, a déployé une architecture réseau basée sur le logiciel avec du matériel de Cisco. « Jusqu’à présent, le système a permis de réduire la complexité et offre plus de souplesse aux chercheurs de l’université », a déclaré M. Sheehan.

Les analystes considèrent que l’ouverture de DNA Center est « potentiellement une bonne chose ». Selon eux, elle pourrait aider les clients à construire plus facilement des applications stratégiques. Cependant, ils estiment qu’il faudra beaucoup de travail pour que ce choix devienne payant. « DNA Center est la plate-forme de gestion stratégique de Cisco, et nous pensons qu’elle va réunir des fonctionnalités actuellement disséminées entre plusieurs produits. C’est un avantage pour les clients qui trouvent que la multiplicité des outils de gestion est pour eux un défi permanent », a déclaré Andrew Lerner, vice-président de la recherche chez Gartner. « C’est donc un pas dans la bonne direction, mais il reste encore beaucoup à faire.

Mieux intégrer les équipements 

Pour l’instant, par exemple, une grande partie du portefeuille réseau pour datacenters, notamment les commutateurs ACI et Nexus 9000, n’est pas bien intégrée au DNA Center », a ainsi déclaré M. Lerner. « L’annonce concerne la mise à disposition des capacités du DNA Center via des API pour faire de l’orchestration avec d’autres fournisseurs et plateformes – comme Infoblox ou ServiceNow. Cela peut ajouter de la valeur à la plate-forme DNA Center si des tiers et des clients utilisent les API et/ou le SDK pour développer des intégrations. Mais, à l’heure actuelle, ce pari semble très ambitieux, car on ne sait pas bien quel niveau d’intégration il sera possible d’obtenir », a ajouté M. Lerner. 

chevron_left
chevron_right