Comment Groupama Rhône Alpes prend le pouls de son infrastructure virtualisée

Grâce à la solution DCscope de la start-up Easyvirt, Groupama Rhône Alpes surveille, anticipe et contrôle la consommation en ressources de son infrastructure virtualisée grâce à VMware.

Vincent Cornely, responsable infrastructures et gestion technique de Groupama Rhône Alpes, a tout d’abord été dubitatif avant d’être particulièrement séduit. (crédit : Groupama)

Groupama Rhône Alpes est une des caisses régionales de Groupama couvrant douze départements. Sa DSI gère l’informatique de proximité (dont la bureautique) de 330 agences et 8 établissements centraux (comme des centres de gestion), l’informatique régionale (pour 2200 utilisateurs) et la connexion au SI national (applications métier gérées par le GIE informatique du groupement). La DSI régionale dispose donc, en plus d’un accès au IaaS privé du groupe, d’infrastructures propres comme deux datacenters répliqués en actif-actif à Lyon et Clermont-Ferrand. Or ces datacenters hébergent environ 350 machines virtuelles, avec des contenus de haute sensibilité, qui n’étaient pas optimisées. Plusieurs solutions étaient donc envisagées.

L’architecture utilisant des solutions VMware, le monitoring s’appuyait sur vCenter Operations manager. Mais les licences acquises ne permettaient pas de couvrir tous les besoins. Et une solution de monitoring tierce était également employée. Groupama Rhône Alpes envisageait également d’utiliser vCloud Suite. « Mais c’était très coûteux » objecte Vincent Cornely, responsable infrastructures et gestion technique de Groupama Rhône Alpes. C’est alors qu’une alternative s’est présentée suite à une démarche commerciale.

Lire la suite sur CIO.

chevron_left
chevron_right