eOdyn et 10 autres start-ups IA intègrent l’AI Factory de Microsoft France

11 start-ups françaises investies dans l’intelligence artificielle viennent de rejoindre l’AI Factory de Microsoft, à Station F. Elles s’ajoutent aux 16 autres qui ont déjà été accompagnée dans ce cadre, générant en 18 mois une centaine de recrutements et, pour certaines, des levées de fonds de 1 à 4 M€.

Depuis la création de l’AI Factory de Microsoft France, 27 start-ups ont rejoint ce dispositif d’accompagnement. (Crédit : Microsoft)

Depuis 18 mois, Microsoft France accompagne dans son AI Factory – hébergée sur le campus de Station F – des start-ups françaises recourant aux technologies d’intelligence artificielle dans leurs applications. En un an et demi, 16 éditeurs de logiciels ont déjà bénéficié de ce suivi et Microsoft en accueille maintenant 11 autres : eOdyn, Ad Scientiam, Eagle Genomics, Posos, Data&Data, Tilkee, Xtramile, Dathena, DreamQuark, Activeeon et Vekia. Ceux-ci évoluent dans des domaines aussi différents que la navigation maritime, la recherche sur le microbiome, la lutte contre la contrefaçon, le sourcing de candidats, la prédiction appliquée aux finances ou la gestion du réapprovisionnement, entre autres. 

Un rapide bilan établi par Microsoft sur les 16 start-ups déjà passées par l’AI Factory montre qu’elles ont globalement pourvu une centaine de postes et levé plus de 10 millions d’euros. L’une d’elles, Recast.AI, a été rachetée par SAP. Sur les recrutements opérés, Case Law Analytics, Craft AI, Hugging Face, Prevision.io ou Zelros ont intégré des data scientists et d’autres profils techniques, tandis qu’Heuritech, Scortex, Tellmeplus ou Yatedo se sont pourvus de profils commerciaux. Les levées de fonds ont été réalisées par DCbrain (1,5 M€), Hugging Face (3,5 M€ en mai 2018), Prevision.io (1,5 M€) et Zelros (4 M€).

Ad Scientam, des parcours de soin personnalisés 

Parmi les 11 entreprises qui rejoignent maintenant l’AI Factory, une start-up comme eOdyn – basée à Plouzané dans le Finistère – collecte et mesure les courants marins à l’aide de capteurs embarqués sur les bateaux. Le trafic maritime lui fournit ainsi des informations en temps réel et historiques pour les compagnies de transport, à un coût réduit par rapport aux solutions basées sur les données satellites. La start-up Ad Scientiam développe des outils mobiles conçus pour les parcours de soin personnalisés, capables d’apporter au médecin des informations médicales issues de la vie réelle du patient, collectées entre deux consultations. L’objectif est de pouvoir détecter plus rapidement les évolutions des maladies et de mieux repérer les effets indésirables d’un traitement. Autre acteur de la santé, Posos s’appuie sur le traitement automatique du langage pour interroger des contenus biomédicaux.

Pour la recherche génomique, Eagle Genomics développe des solutions de gestion de données pour analyser les volumes croissants d’informations et permettre des avancées sur l’étude du microbiome. Dans un tout autre domaine, celui des services financiers, DreamQuark développe la plateforme de deep learning Brain qui génère des prédictions « explicables » dans le domaine du marketing, du risque (identification de la fraude) et de la conformité. Xtramile est une solution de sourcing des candidats conçue pour optimiser le ciblage. Dathena propose aux entreprises une plateforme pour classifier et sécuriser leurs informations sensibles.

Data&Data s’attaque à la contrefaçon des marques de luxe

La plupart des éditeurs suivi dans l’AI Factory ont déployé leurs offres dans le cloud Azure. Certains sont déjà épaulés par Microsoft dans d’autres cadres ou se sont fait remarquer pour avoir participé à un ou plusieurs programmes d’accompagnement ou d’accélération. C’est le cas de Tilkee, par exemple, qui a développé une solution SaaS conçue pour doper l’efficacité des commerciaux en leur permettant de relancer leurs prospects au meilleur moment. Egalement en SaaS, Vekia optimise la gestion des stocks et du réapprovisionnement avec une solution déjà adoptée par Engie, Eugène Perma, Mr.Bricolage, Okaïdi ou Orange.


La technologie de Data&Data aide les marques de luxe ciblées par la contrefaçon en identifiant en temps réel les copies de leurs produits en vente en ligne. Quant à Activeeon, sa création remonte déjà à 2007 (avec le concours de l’Inria). L’éditeur développe une solution de gestion automatisée des applications et de leurs déploiements qui s’opère dans des environnements multi-clouds. Sur le site de Microsoft, une page détaille les différentes activités de l’ensemble des start-ups accueillies depuis l’origine au sein de l’AI Factory.

chevron_left
chevron_right