Google croque la start-up Alooma

En mettant la main sur la jeune pousse israélienne Alooma, Google se dote de vraies capacités en matière de migration de bases de données vers son cloud. Une acquisition qui lui permet de combler son retard par rapport à AWS et Microsoft Azure.

Yoni Broyde est co-fondateur et CEO d’Alooma, société israélienne créée en 2013 qui a levé depuis sa création 15 millions de dollars. (crédit : D.R.)

La migration des données stockées dans des infrastructures disparates vers le cloud constitue pour les entreprises l’un de leurs principaux défis actuels. Alors que AWS et Microsoft Azure proposent déjà un outillage digne de ce nom pour permettre aux sociétés de migrer facilement leurs bases de données vers son cloud, Google ne pouvait pas en dire autant jusqu’à présent. Pour rattraper son retard, la firme de Mountain View s’est emparée d’Alooma. Cette start-up israélienne propose une technologie de « data pipeline » permettant de faciliter leur processus de migration depuis de multiples sources de données (AWS Redshift, Snowflake…). 

« Alooma a toujours cherché à fournir le moyen le plus simple et le plus efficace de simplifier la standardisation des données d’entreprise de toutes les sources et de les transformer en informations décisionnelles. En rejoignant Google Cloud, nous nous rapprochons d’une expérience de migration de base de données en libre-service renforcée par la puissance de leur technologie cloud, notamment l’analyse, la sécurité, l’IA et l’apprentissage automatique », ont expliqué dans un communiqué Yoni Broyde, cofondateur et CEO d’Alooma, et Yair Weinberger, cofondateur et CTO d’Alooma.

15 M$ levés depuis 2013

Le montant de la transaction de cette opération n’a pas été précisée. Créée en 2013, Alooma a levé depuis sa création 15 millions de dollars, dont 11,2 millions de dollars rien qu’en mars 2016 dans un tour de table mené par Lightspeed Venture Partners. « L’un des éléments qui nous passionne le plus chez Alooma est l’expertise profonde de son équipe dans Google Cloud, tant pour les bases de données entreprises que pour les bases de données open source, qui nous aidera à développer des capacités de migration supplémentaires au sein de Google Cloud Platform », a expliqué de son côté Google qui avait racheté en 2017 une autre société israélienne, Velostrata, spécialisée dans la migration de workloads.

chevron_left
chevron_right