HPE inaugure un centre IoT à Genève

L’expérience ayant été une réussite à Singapour, HPE vient d’ouvrir un deuxième centre dédié à l’IoT et ses cas d’usages à Genève. L’occasion de montrer que la technologie est aujourd’hui prête et disponible pour simplifier la gestion des données en périphérie.

De gauche à droite : Tom Bradicich, VP serveurs convergés, IoT et Edge systems de HPE ; Daniel Loeffler, secrétaire général du département de l’Economie du canton de Genève ; Phil Davis, responsable des ventes mondiales et de l’IT hybride de HPE ; Alexandre Epalle, directeur général de l’innovation du canton de Genève ; Volkhard Bregulla, vice-président en charge de l’IoT dans l’industrie en EMEA pour HPE. (Crédit : Nicolas Certes)

En direct de Genève. Collecter les données en périphérie de réseau c’est bien. Les gérer et les interpréter aussi c’est mieux. C’est le message que HPE a souhaité passer aux quelques clients et partenaires venus à l’inauguration de son Customer innovation center dédié à l’IoT et installé à Genève. Et montrer que son système convergé Edgeline permettant de « connecter, calculer et contrôler » ses données issus de capteurs et autres objets connectés, indique Tom Bradicich, vice-président en charge des serveurs convergés, l’IoT et les systèmes edge de HPE. « Les modèles de collecte de données actuels doivent changer » renchérit Volkhard Bregulla, vice-président en charge de l’IoT dans l’industrie en EMEA pour HPE, « nous devons aujourd’hui être capable d’offrir notre modèle IaaS en périphérie ».

Car comme le rappelle Phil Davis, responsable des ventes mondiales et de l’IT hybride de HPE – fraîchement nommé à ce poste – l’edge computing, la migration vers le cloud, et le pilotage par les données (data-driven) sont les grandes problématiques qui vont occuper les entreprises dans les prochaines années. Mais bien que très fragmenté, « le marché de l’Internet des objets est bien réel aujourd’hui et les solutions sont disponibles. Mais chaque utilisateur est tellement particulier – avec ses propres applications à intégrer, ses propres workflows – qu’il faut les aider à développer une solution qui leur est propre » explique Phil Davis pour justifier l’ouverture de ce deuxième Customer experiences lab. Le premier est à Singapour.

Simplifier la gestion de l’edge computing

L’important est donc de montrer ce que peuvent apporter les solutions Edgeline en réalité. Le centre est ici tout ce qu’il y a de plus commun, présentant différents cas d’usages rangés selon l’industrie dans laquelle ils sont utilisés. Pour le secteur de la conception, les représentants de HPE montrent à quel point naviguer entre les différentes applications de design d’une selle de vélo (pour prendre le cas présenté) peut prendre du temps lorsqu’elles ne sont pas intégrées entre elles. En collaboration avec l’éditeur PTC, HPE utilise ici sa solution Edgline pour permettre de donner une vision globale d’un projet en offrant la possibilité d’intégrer des applications entre elles.

HPE s’allie avec plusieurs partenaires technologiques, ici PTC, pour développer une solution propre aux enjeux de ses clients afin de leur permettre d’utiliser au mieux l’edge computing. (Crédit : Nicolas Certes)

Plus intéressant, Tom Bradicich a attiré l’attention des visiteurs sur une solution de vidéo analytique. La reconnaissance vidéo grâce à des algorithmes de machine learning n’est pas une nouveauté bien sûr, « mais elle doit pour le moment être administrée par l’humain » indique le vice-président de HPE. L’entreprise est montée d’un cran avec sa filiale Pointnext en permettant d’automatiser cette tâche en périphérie. Une caméra va capter une image d’un mécanisme dans une chaîne logistique par exemple, et pouvoir déterminer s’il y a des anomalies. Les calculs et interprétations se faisant « at the edge ».

Les technologies de vidéo analytiques proposées par HPE et Pointnext doivent permettre à termes de détecter des anomalies que l’oeil humain ne pourrait voir. (Crédit : PointNext)

Des acquisitions à prévoir

Mais ce lab lancé en Suisse va aussi permettre d’accueillir des start-ups. HPE lance en effet un programme pour les jeunes pousses suisses. Ce dernier est composé d’un kit proposant du coaching, un accès aux technologies HPE pour réaliser des POC, etc. Les start-ups seront également invitées à des workshops avec des clients ou d’autres partenaires de HPE. Les entreprises sélectionnées seront incubées pendant un an avec le groupe pour développer leur projet. Les sélections ont commencé et durent jusqu’au 31 janvier.

Les start-ups suisses intéressées pour rejoindre le programme de HPE ont jusqu’au 31 janvier pour déposer leur candidature. (Crédit : HPE)

Face aux potentiels compétiteurs, HPE compte se démarquer par sa force de frappe. Dans le top 3 des fournisseurs de systèmes convergés, le fabricant assure une certaine tranquillité à ses clients face aux acteurs les plus récents du marché selon le numéro 2 de HPE. Phil Davis ajoute que la force d’innovation de l’entreprise lui permet de rester compétitive. Cela passe par des investissements en R&D pour améliorer ses solutions existantes et l’intégration de celles issues de différentes acquisitions, Bluedata étant la plus récente. Phil Davis nous confirme d’ailleurs que le groupe continuera ses rachats en 2019, surtout sur des technologies de niches permettant d’améliorer leurs propres offres. Les quatre milliards de dollars d’investissement dans les réseaux edge sur quatre ans prévus aideront sûrement à réaliser ces projets.

chevron_left
chevron_right