Isorg décroche 24 M€ pour commercialiser ses capteurs d’images

Installé entre Grenoble et Limoges, l’industriel français Isorg fait figure de pionnier dans l’électronique organique imprimée. Il vient de lever 24 M€ pour produire et commercialiser à grande échelle ses capteurs d’images transformés en surface de vision.

Les fabricants de dispositifs biométriques sont très demandeurs des capteurs d’images, explique Jean-Yves Gomez, directeur général d’Isorg, industriel spécialisé dans ce domaine. (Crédit : Isorg)

L’électronique organique imprimée, dont les composants sont déposés sous la forme d’encres spécialisées sur différents types de surfaces, est mise à profit sur le marché des smartphones et terminaux mobiles, mais également dans la biométrie, l’imagerie médicale, l’Internet des objets et l’électronique grand public. L’un des industriels français pionniers de ce domaine, le Grenoblois Isorg, a mis au point une technologie permettant de produire des photo-détecteurs et des capteurs d’images de grande surface en déposant des matériaux semi-conducteurs sur des substrats de plastique et de verre, leur apportant ainsi des capacités de vision utilisées par exemple en imagerie rayons X et dans l’industrie des objets connectés.

Pour passer à la vitesse supérieure et financer la commercialisation en grands volumes de ses solutions d’électronique imprimées, la société co-fondée en 2010 par Jean-Yves Gomez, DG, et Emmanuel Guérineau, DG délégué, vient de réaliser une levée de série B de 24 millions d’euros. Le tour de table a été conduit par le fonds américain New Science Ventures avec Bpifrance, via son fonds Large Venture. Les investisseurs historiques de la société, Sofimac Innovation, CEA Investissement et Dynalim ont également participé à ce financement mené aux côtés de Financière Fonds Privés. Depuis sa création, Isorg a levé 30,4 M€.

Isorg va s’appuyer sur son usine de Limoges pour produire ses capteurs d’images de grande surface, notamment pour les marchés de la biométrie et de l’électronique grand public. (Crédit : Isorg)

La société grenobloise, partenaire du centre d’innovation sur les nanomatériaux CEA-Liten, a installé son usine de fabrication à Limoges. C’est sur ce site qu’elle dispose des capacités pour produire ses solutions d’électronique imprimée. Isorg compte aussi licencier sa technologie pour les marchés à très forts volumes. Le tour de table qu’elle vient de réaliser lui permettra de financer « les dernières étapes de qualification de l’usine » et les « différentes applications en vue de leur commercialisation à grande échelle ».

chevron_left
chevron_right