La création d’extensions maintenant possible dans Tableau

L’éditeur de plateforme de datavisualisation Tableau vient de publier la dernière version 2018.2 de sa solution. Les utilisateurs peuvent désormais installer facilement des extensions tierces ou personnalisées et accéder aux dernières fonctions UX.

Les extensions disponibles pour Tableau sont rassemblées et téléchargeables dans une gallerie dédiée. (Crédit : Tableau)

Si certains sont en vacances, d’autres profitent de l’été pour faire des mises à jour de leur solution, en lançer de nouvelles ou faire d’autres annonces. Tableau a choisi lui d’apporter d’autres fonctionnalités à son logiciel de datavisualisation. Dans la version 2018.2 qui vient d’être lancée, léditeur propose ainsi à ses clients de personnaliser leur expérience avec des extensions, d’intégrer des données de localisation de différentes natures et de faciliter la création de contenus en responsive design. Tableau a tout d’abord créé un portfolio d’extensions qui vont permettre d’intégrer des applications métiers directement dans un tableau de bord. Toutes les extensions proposées par l’éditeur sont disponibles dans une galerie en version bêta. 

Parmi les quelques plug-in proposés, une fonction d’analyse de texte grâce à des algorithmes de traitement du langage naturel. Mais une autre possibilité proposée par Tableau est encore plus intéressante. Les développeurs et partenaires peuvent ainsi créer eux-mêmes de nouvelles extensions grâce à l’Extensions API. Tableau cite l’exemple d’une extension développée par DataRobot, spécialisé dans les outils d’apprentissage machine pour les applications de modélisation prédictive, qui permet aux utilisateurs de glisser et déposer des modèles prédictifs avancés sur leurs tableaux de bord existants. 

Il suffit de glisser-déposer les extensions dans le tableau de bord pour qu’elles s’y chargent automatiquement. (Crédit : Tableau)

D’autres fonctionnalités pour fluidifier l’expérience utilisateur

« Beaucoup de nos clients utilisent déjà Tableau pour leurs besoins d’analyse décisionnelle, mais ils ont cherché à étendre la puissance de Tableau pour inclure les résultats des modèles d’apprentissage automatique afin d’améliorer l’analyse visuelle et de mieux comprendre leurs activités », explique Seann Gardiner, vice-président du développement des affaires chez DataRobot, dans un communiqué.

Spatial join permet d’unir des données spatiales de nature différentes. (Crédit : Tableau)

Après des demandes venues directement des utilisateurs de Tableau, ce dernier leur a répondu en faisant des mises à jour que certains avaient demandé. Parmi elles, Spatial join permet de joindre les données dans des scénarios où le seul attribut commun est l’emplacement. Cette « jointure spatiale » va donc permettre d’unir des données polygonales (délimitation de quartiers par exemple) avec des données plus localisées.

Rendre des tableaux de bord responsifs se fait désormais quasi automatiquement sur Tableau. (Crédit : Tableau)

Device Designer a quant à lui été pensé pour ajuster automatiquement la présentation des tableaux de bord générés en fonction du terminal utilisé. Jusqu’ici il fallait créer soi-même la vision sur tablette, mobile et PC mais désormais Tableau propose un ajustement automatique mais tout aussi personnalisable. Enfin, un outil de gestion, Services Manger, est également proposé pour faire des mises à jour de plusieurs configurations de tableaux sans redémarrer le serveur pour réduire les temps d’indisponibilité. Plusieurs options de gestion des déploiements de serveurs sont disponibles via une interface web, en ligne de commande ou API REST.

chevron_left
chevron_right