L’international freine l’activité globale de Business & Decision

Au cours de son exercice 2017, Business & Decision a réalisé un chiffre d’affaires de 213,1 M€. Les revenus générés à l’international ont chuté de 23%, entraînant une baisse de l’activité globale.

Jean-Louis Didier, PDG de Business & Decision, a été nommé à ce poste en septembre 2017 pour remplacer Christophe Dumoulin au pied levé. (Crédit : D.R.)

Jean-Louis Didier clôturait le 31 décembre dernier son premier exercice en tant que PDG de Business & Decision. Ce financier a rejoint la société de services en septembre dernier alors que le dirigeant d’alors, Christophe Dumoulin, était limogé en raison de divergences stratégiques avec le conseil d’administration. Si au bout de trois mois de présence les résultats de l’entreprise ne peuvent lui être imputés, le bilan de l’entreprise n’en reste pas moins peu brillant. Son chiffre d’affaires annuel est en effet en baisse de 6,4% à 213,1 M€ par rapport à 2016. A taux de change et périmètre constants, en revanche, il ressort en légère progression de 1,9%.

L’activité globale de Business & Decision est tirée vers le bas par ses facturations de prestations à l’international. Représentant 69,4 M€ pour l’année 2017, elles affichent un recul de 23,0 %. Dans un communiqué, la SSII indique que sa croissance « a été impactée par les difficultés rencontrées dans les opérations aux Etats-Unis ». La société avait déjà revendu deux de ses activités en Amérique du nord en 2016.

Tout n’est pas noir pour autant. Business & Decision note une progression de 4,5% de son chiffre d’affaires en France, à 143,8M€. D’après la société, ce sont ses activités en région qui ont soutenu sa croissance dans l’Hexagone. Elles ont ainsi compensé la stabilité des revenus en Ile-de-France.

chevron_left
chevron_right