MariaDB met la main sur Clustrix

Le spécialiste en base de données open source MariaDB a racheté Clustrix et sa technologie de base distribuée. Une pierre de plus dans le jardin d’Oracle souvent pris pur cible par le CEO du groupe, Michael Howard.

Le CEO de MariaDB, Michael Howard, a tenu un discours particulièrement conquérant face à son concurrent Oracle lors de son événement M18 à New-York en février dernier. (Crédit : D.R.)

Développé par plusieurs ingénieurs à l’origine de MySQL, MariaDB est l’un des principale base de données open source du marché. Après avoir réussi à obtenir plusieurs financements pour un montant total de 54 millions de dollars en 2017, l’éditeur est passé à l’offensive avec deux rachats importants. Tout d’abord il y a six mois avec l’acquisition de MammothDB, un spécialiste de l’analytique big data, et maintenant d’un concurrent direct, Clustrix. L’un des principaux avantages de Clustrix par rapport à MySQL est d’améliorer la scalabilité. Selon MariaDB, certains clients comptent sur le système pour stocker des milliards de lignes de données. C’est le cas par exemple de Nielsen Holdings PLC qui utilise cet environnement pour effectuer plus de 100 000 transactions de base de données par seconde.

« Aujourd’hui, les choix pour une option de base de données évolutive sont limités : optez pour une solution traditionnelle comme Oracle avec des coûts élevés et choisissez une solution NoSQL aux capacités limitées pour l’intégrité des données », a déclaré Michael Howard, CEO de MariaDB. « Avec Clustrix, MariaDB peut fournir une meilleure solution à nos clients qui ont des environnements d’entreprise évolutifs exigeants. Notre solution distribuée répondra aux exigences les plus extrêmes de nos clients les plus importants et leur permettra de rompre avec la solution Oracle. »

Oracle n’a pas en tête les intérêts de ses clients d’après MariaDB

Cela fait de longs mois que Michael Howard lance des piques en direction d’Oracle. A l’occasion de son événement M18 à New-York en février dernier, le CEO de MariaDB n’a en effet pas hésité à lever le ton face au géant de la base de donnée propriétaire Oracle Enterprise : « Si vous ne changez pas, vous serez redevable envers une compagnie qui n’a pas vos meilleurs intérêts en tête. Je le sais, j’y étais. Vous allez payer 10 fois plus pour ce privilège », avait-il notamment déclaré

chevron_left
chevron_right