Murray Shanahan expose les inconnues de l’IA supra-humaine

Depuis 1950 et l’article fondateur d’Alan Turing, le concept d’intelligence artificielle a fait couler beaucoup d’encre. Professeur de robotique cognitive à l’Imperial College de Londres, spécialiste de l’intelligence artificielle, Murray Shanahan a publié « The Technological Singularity » aux éditions du MIT.

La version française du livre de Murray Shanahan sur l’IA est publié chez Fyp sous le titre « La singularité technologique ».

Aujourd’hui disponible en français aux éditions Fyp sous le titre « La singularité technologique », l’ouvrage de Murray Shanahan publié sous le titre « The Technological Singularity »  s’intéresse à l’intelligence artificielle sous un angle prospectif. Une « singularité » est un moment ou un lieu où les lois habituelles structurant la perception ou le comportement humains ne s’appliquent plus. Les lois de la physique newtonienne ont ainsi été mises en échec lors de l’émergence de la Théorie de la Relativité, largement contre-intuitive. Les trous noirs constituent des singularités en physique. Et, en matière d’informatique, l’émergence d’une super-intelligence artificielle constituera sans aucun doute une singularité.

Cette singularité pourrait être si forte que l’existence de l’homme ou la définition du concept d’humanité pourraient être remises en cause. Science-fiction ? Pas pour Murray Shanahan, professeur de robotique cognitive à l’Imperial College de Londres et spécialiste de l’IA. Celui-ci rappelle ainsi, par exemple, le flash-crash de Wall Street du 6 mai 2010 (moins et plus 600 points en vingt-cinq minutes) dû selon toutes probabilités à des intelligences artificielles de courtage mal programmées.

Un impact certain de l’IA sur le quotidien

L’IA a donc bien déjà des impacts sur la vie quotidienne des humains. Au fil de chapitres partant du passé et du présent pour aller vers un futur prospectif avec ses questions, Murray Shanahan décrit d’abord ce qu’est l’IA et comment il est possible d’envisager une IA de niveau humain à grands coups de ultra-Big Data et d’algorithmes complexes auto-apprenants. Puis il décrit ce que pourrait être une IA supra-humaine. Et ses conséquences.

Trop « d’inconnues inconnues » (c’est à dire d’éléments dont l’existence même est inconnue et qu’il est impossible de décrire) empêchent, selon l’auteur, de prédire exactement l’émergence de la Singularité. L’absence de corps physique (même électronique) est un élément qui, pour Murray Shanahan, aurait de grandes conséquences sur les conceptions apprises par cette super-IA. Le chapitre de conclusion s’intitule « L’extase ou l’effroi » : on ne pourrait pas mieux dire. La couverture n’est pas sans rappeler le « visage » de Hal 9000 dans « 2001, Odyssée de l’Espace ». Ce n’est pas très rassurant. L’auteur a été conseiller scientifique sur le magnifique film « Ex Machina ». Mais il n’évoque pas directement ces deux oeuvres majeures, notamment l’explication apportée par Arthur C. Clarke à la schizophrénie meurtrière de Hal 9000. C’est un peu dommage.

Sur le même sujet, la CIOnférence « L’innovation IT pertinente : améliorer l’efficacité des services en domptant les contraintes » organisée par CIO aura lieu le 10 avril 2018 à Paris.

chevron_left
chevron_right