OVH tue Hubic faute de repreneur

En déshérence depuis plusieurs années, le service Hubic tire sa révérence. OVH vient d’annoncer qu’il arrête les développements et qu’il ne prendra plus de nouveaux clients. Une première étape avant la fin du service de stockage et de sauvegarde de fichiers en ligne.

Comme tous les géants du web, OVH maîtrise son infrastructure mais peine à proposer des services à valeurs ajoutée. (Crédit OVH)

La guerre du cloud vient de faire une nouvelle victime : OVH vient en effet d’annoncer sa décision de stopper le développement de son service de stockage de fichiers et de back-up Hubic. La création de nouveaux comptes est également suspendue et le spécialiste de l’hébergement et du cloud étudiera toutes les propositions de reprise. Ce n’est pas vraiment une grande surprise puisque malgré son prix attractif (25 Go gratuit puis 100 Go pour 10€ par an et surtout 10 To pour 50€ par an), le service n’a jamais été décoiffant, même si la promesse originelle était fort alléchante avec un service de synchronisation de fichiers vers un cloud public français et une solution de sauvegarde automatisée. Sauf que l’interface est loin d’être simple à utiliser et certaines caractéristiques comme la non gestion des espaces dans les noms de fichiers et l’absence de moteur de recherche sont vraiment irritantes. Et la sauvegarde, puis la restauration depuis un NAS – Synology par exemple – est une véritable épreuve pour les nerfs : les téléchargements échouent régulièrement alors que Hubic fait bien partie des plates-formes certifiées pour Cloud Sync. Il n’y a rien de pire en la matière que l’impossibilité de récupérer ses fichiers sauvegardés en ligne.

Des performances très basses

La vraie mauvaise surprise sur Hubic provient des temps de transfert vraiment très lents : 1 Mo/s en upload et à peine plus en download, ce qui est agaçant quand on dispose d’une connexion fibre optique. C’est très loin des performances que peut par exemple proposer Amazon Drive, qui a malheureusement mis fin à son offre illimitée (60$ par an) en octobre dernier. L’hébergeur a bien sûr conscience de ces problèmes et il abordait le sujet dans ses forums. Lors d’un précédent OpenStack Summit à Barcelone, l’équipe d’OVH nous avait même indiqué éprouver des difficultés à maitriser la pile Swift d’OpenStack sur Hubic.

Aujourd’hui, la messe est dite et OVH stoppe tout développement de la plateforme mais assure poursuivre la maintenance du service, notamment pour des besoins internes. Les alternatives en back-up illimité ou pas ne sont pas nombreuses pour le grand public mais on peut citer Microsoft Azure avec son offre OneDrive (synchronisation et back-up), CrashPlan (back-up), Carbonite (back-up), BackBlaze (back-up), SpiderOak One (synchronisation via Hive et back-up), Google One (synchronisation et back-up) ou Box.com (synchronisation et back-up).

chevron_left
chevron_right