Shift Technology lève 53 M€ pour ses solutions dédiées aux assureurs

Jamais deux sans trois. L’éditeur français Shift Technology, spécialisé dans la détection de fraude à l’assurance, vient de clôturer une levée de fonds de série C à 53 M€. Celle-ci va lui permettre de renforcer sa 2ème offre qui automatise le processus de réclamation dans le secteur des assurances. Cet investissement lui permettra aussi d’étendre ses bureaux à l’étranger.

Fondée à Paris en 2014, par Jeremy Jawish, (de gauche à droite) Eric Sibony et David Durrleman, Shift Technology compte aujourd’hui plus de 70 clients. (Crédit : Shift Technology)

Troisième tour de table en trois ans pour Shift Technology. Cette start-up française édite une solution de détection de fraude à l’assurance et vient de lever 53 M€. Avec les deux autres levées précédentes, cela monte le capital de la start-up autour de 90 M€. L’investisseur majoritaire est ici Bessemer Venture Partners, suivi par les participants historiques : Accel, General Catalyst et Iris Capital.

Ces fonds vont permettre à l’entreprise de poursuivre son expansion à la fois technologique et géographique. Les marchés des Etats-Unis et du Japon sont particulièrement visés. Shift compte étendre son siège américain de Boston et développer ses bureaux à Tokyo, une stratégie soutenue par un plan de recrutement mondial. Data scientists, développeurs, commerciaux et professionnels du marketing sont recherchés. Du côté des solutions logicielles, Shift va continuer de perfectionner son deuxième produit destiné à automatiser le processus de réclamation entre les assureurs et leurs clients. AXA Espagne, client de Shift, est le premier utilisateur de cette solution.

Fondé à Paris en 2014, par Jeremy Jawish, Eric Sibony et David Durrleman, l’éditeur totalise aujourd’hui plus de 70 clients dans 25 pays. De nombreux assureurs français en font partie comme AG2R La Mondiale, la MACIF, Harmonie Mutuelle Groupe VYV ou le Crédit Agricole Pacifica & Spirica. Il y a quinze jours, Alan, une autre start-up de l’assurtech avait déjà levé 40 M€.

chevron_left
chevron_right