Singapour va investir 1 Md$ dans la smart city en 2019

Ayant déjà remporté le City Award de la Smart City Expo World Congress 2018, Singapour est à l’avant-garde de l’économie, la gouvernance et la société numérique. Les projets en matière de villes connectées fourmillent.

Les projets en smart city de Singapour qui recevront le plus d’argent en 2019 concernent la surveillance vidéo, les transports en commun, l’éclairage public, la gestion de la circulation et le back-office connecté. (crédit : Nick Fewings / CCO)

Singapour est l’une des villes qui, en 2019, dépensera le plus d’argent pour des projets de villes intelligentes, au même titre que New York, Tokyo et Londres. En effet, selon une récente étude d’IDC, chacune de ces villes envisage d’investir plus d’un milliard de dollars dans la planification urbaine intelligente. Le dernier rapport Worldwide Semiannual Smart Cities Spending Guide d’IDC prévoit que les dépenses mondiales consacrées aux initiatives de villes intelligentes atteindront 95,8 milliards de dollars en 2019, en augmentation de 17,7 % par rapport à 2018. Et la région Asie-Pacifique (APAC) représente plus de 40 % de ces dépenses mondiales totales. « Dans la région APAC, la croissance exponentielle et la diversité des initiatives de smart city dans les villes de seconde et de troisième rang mettent au défi de nombreuses villes de premier rang à se transformer », a déclaré Gerald Wang, directeur de la recherche, Public Sector, d’IDC APAC.

« La concurrence pour recruter des talents et attirer des investissements étrangers directs étant encore plus vive aujourd’hui, ces centres socioéconomiques offrent aux fournisseurs d’énormes débouchés et sont à l’affût de solutions pour faciliter la connectivité et la collaboration, améliorer la productivité et l’automatisation, et répondre aux préoccupations en matière de sécurité et de protection de la vie privée », a-t-il ajouté. Selon ce même rapport, en 2019, les initiatives liées à la sécurité publique, au transport intelligent, à l’énergie résiliente et à l’infrastructure capteront l’essentiel de ces financements, mais des cas d’usage importants dans les domaines du développement économique et de l’engagement civique, de l’urbanisme durable et de l’administration bénéficieront également d’investissements considérables.

Déjà un pied dans la smart city en 2018

Les projets connectés qui recevront le plus d’argent en 2019 concernent la surveillance vidéo, les transports en commun, l’éclairage public, la gestion de la circulation et le back-office connecté. Ensemble, ces cinq cas d’usages représenteront 34 % des dépenses mondiales cette année. Compte tenu du très fort niveau d’investissement dans ce domaine, les solutions intelligentes de gestion du trafic arriveront en troisième position des cas d’usages les plus importants en 2020, dépassant l’éclairage extérieur intelligent. Au cours de la période prévisionnelle 2017-2022, c’est le secteur des périphériques portables intelligents (comme les vêtements ou étuis intelligents) qui connaîtra la croissance des dépenses la plus rapide. D’autres cas d’usages bénéficieront d’investissements importants, comme la connectivité Digital Twin (ou jumeau numérique) et la connectivité dite V2X (vehicule-to-everything).

Dans le cadre de son initiative Smart Nation qui a vu le jour en 2014, Singapour s’est lancée dans des projets nationaux stratégiques pour améliorer les échanges entre le gouvernement, les entreprises et les citoyens, tout en augmentant la productivité avec un souci de durabilité. Classée au 6e rang mondial des villes intelligentes 2018 par l’IESE Business School de Barcelone, Singapour est à l’avant-garde de l’économie numérique, de la gouvernance numérique et de la société numérique. Ce pays insulaire a reçu le City Award lors du Smart City Expo World Congress (SCEWC) 2018 de Barcelone en novembre dernier. Ce prix récompense les investissements du gouvernement de Singapour dans la technologie et l’infrastructure de connectivité.

Transformer le pays par la technologie

Certaines des initiatives mises en œuvre dans le cadre de la ville connectée pousse la plupart des pouvoirs publics vers le monde numérique, incitant ces derniers à mettre en œuvre des services d’administration en ligne, à lancer un système unifié de code QR ou à préparer une législation et une infrastructure pour les véhicules autonomes. Prenant la parole devant le CSECS, le Dr Janil Puthucheary, Ministre en charge du GovTech, a insisté sur la nécessité de s’engager dans une « transformation par la technologie ». Selon le ministre, « l’application de ces technologies doit profiter à nos petits-enfants et transformer le pays dans le but d’améliorer la vie des générations à futures ».

chevron_left
chevron_right