Les tops et les flops 2018 des métiers de l’IT

En France, les directeurs produits, les customer success managers et les architectes cloud figurent en tête des profils IT les plus recherchés en 2018, indique le cabinet de recrutement Clémentine, dans sa 5eme étude. Appelés à se transformer, les directeurs de production et les community managers sont moins courtisés qu’auparavant.

En 2018, les métiers du numérique ont enregistré « moins de véritables flops que de transformations », indique le cabinet de recrutement IT Clémentine. Crédit. Pixabay

Pour la cinquième année consécutive, Clémentine, un cabinet de recrutement spécialisé dans l’IT a compilé l’ensemble des postes pour lesquels ses consultants ont été sollicités tout au long des 12 derniers mois afin de dresser un panorama des profils les plus recherchés aujourd’hui. Dans le même temps, des postes en perte de vitesse leur ont été poussés. Les résultats placent 3 fonctions en tête du peloton des métiers les plus courtisés. A la première place, on trouve le directeur de produits (chief product officer ou CPO). En tant que responsable de tous les aspects du développement d’un produit, de sa conceptualisation à son lancement, ce profil est, en conséquence, très recherché par les entreprises. Il est donc bien rémunéré, avec un salaire qui varie entre 60 et 70 K€ pour un profil junior et jusqu’à 100 K€ selon l’expérience, avec des variables complémentaires. L’autre métier tendance selon le cabinet est celui de « customer success manager » dit CSM, ou responsable de la réussite client. Dans son analyse, le cabinet remarque une nette augmentation de la demande pour des profils capables d’accompagner leurs clients dans l’utilisation de leur solution SaaS. Leur salaire est estimé entre 40 et 55 K€ pour un profil entre 1 et 4 années d’expériences et peut dépasser 85 K€ selon l’expérience et la taille de la société, avec également des variables complémentaires allant de 10 % à 30 % du fixe.

Egalement répertorié au rang de fonction top, l’architecte cloud poursuit sa phase de fort développement et continue à convaincre de plus en plus de clients. Les acteurs proposant un service basé sur cette technologie se multiplient et la concurrence est de plus en plus forte. Du coup, ses spécialistes pouvant mettre en place des cloud privés, publics ou hybrides restent très recherchés et en conséquence bien payés. Avec entre 80 et 90 K€, pour un profil junior et dans une fourchette de 130 à 150 K€ pour un profil confirmé, sans compter un variable pouvant aller jusqu’à 20 K€.

Des métiers voués à se transformer ou a disparaître

A l’inverse, certaines spécialités sont en perte de vitesse voire appelés à disparaître, selon les estimations du cabinet du recrutement. Parmi eux, figure le directeur de production ou d’exploitation délaissé en raison de la virtualisation croissante du SI ainsi que du succès du cloud Son rôle est ainsi amené à évoluer pour devenir de plus en plus celui d’un directeur technique. Il peut toutefois percevoir entre 60 à 80 K€. A ses côtés, le community manager, un métier pourtant starifié au début des années 2010, mais qui a vu on étoile pâlir depuis. La stratégie d’acquisition sur les réseaux sociaux étant devenue trop importante pour être confiée à une seule personne, ses missions se trouvent désormais diluées au sein de différentes fonctions du marketing (inbound marketing, CRM…) et de l’e-commerce. Du coup son salaire se situe aux alentours de 40 à 60 K€. 

Fondé en 2000, Clémentine est un cabinet de recrutement spécialisé dans la recherche et l’évaluation de profils IT. Il intervient auprès de startups et d’organismes du secteur public et propose également aux grands groupes de les accompagner dans leur transformation numérique avec des évaluations, des missions de recrutement et du coaching de managers. Basée à Paris, la société revendique 500 clients et emploie une vingtaine de collaborateurs

chevron_left
chevron_right