Test Apple iPhone XR : Peut-être le meilleur iPhone à ce jour (1e partie)

On ne saura peut-être jamais ce que le R de l’iPhone XR veut réellement dire – Phil Schiller, le vice-président d’Apple lui-même, a déclaré que le R ne signifiait pas grand-chose pour Apple. Mais notre confrère Michael Simon a sa propre hypothèse : il pense que R signifie « Reboot ».

Un iPhone X like mais sans écran Oled mais juste LCD sur l’iPhone XR. (Crédit Christopher Hebert/IDG)

Avant la sortie de l’iPhone X l’an dernier, il était déjà clair que l’iPhone 8 avait besoin d’une évolution. Et depuis la sortie, il y a trois ans environ, des premiers iPhone grand écran, l’iPhone 6 notamment, rien n’avait beaucoup changé. Et si l’iPhone 8 est équipé d’un chargeur sans fil et d’un meilleur appareil photo, il ne ressemble pas aux smartphones de 2017 et encore moins à ceux de 2018. Mais au lieu d’abandonner complètement le concept de l’iPhone 8 et d’aller vers un iPhone X plus cher et plus marginal, les designers d’Apple ont repris le crayon pour créer un iPhone improbable qui aurait les caractéristiques d’un iPhone 9 légendaire, le look d’un iPhone X, et cela au prix d’un iPhone 8.

Bien que lisse au toucher, le dos en verre de l’iPhone XR n’est pas trop glissant. (Crédit : Christopher Hebert/IDG)

Comme tout retour au classique, l’aventure de l’iPhone XR aurait vraiment pu mal tourner. Mais dans le cas présent, on peut dire qu’Apple a réussi son « Reboot ». La puce, la batterie et le stockage sont les meilleurs de leur catégorie. Le prix est positionné entre celui de l’iPhone 8 Plus et de l’iPhone XS. Et le design est suffisamment proche des iPhone X et XS pour que, de loin, les téléphones aient l’air identiques. Certains s’attendaient peut-être à des compromis plus radicaux et plus factices pour pousser les utilisateurs vers les modèles plus haut de gamme. Mais ce n’est pas le cas. Si l’on prend en considération le prix, le design, le stockage, l’appareil photo, l’autonomie et les performances, l’iPhone XR est peut-être le meilleur iPhone qu’Apple ait jamais fabriqué, même s’il n’est pas techniquement le plus avancé. En fait, on pourrait même parier que les gens opteront plus volontiers pour l’iPhone XR que pour l’iPhone XS. Et c’est très bon signe.

Du presque haut de gamme moins cher

Fondamentalement, l’iPhone XR est le jumeau de l’XS. Il a la même forme, le même dos en verre, la même bande profilée, les mêmes coins arrondis. Et son encoche en haut de l’écran est tout aussi grande. D’ailleurs, quand on le prend en main, on a vraiment l’impression de tenir un XS un peu plus épais.

 

L’iPhone XS Max de 6,5 pouces (à gauche) est un peu plus grand que l’iPhone XR de 6,1 pouces. (Crédit : Christopher Hebert/IDG)

Au-delà de ces similitudes de façade, les deux mobiles présentent de nettes différences. Déjà, le fond en verre du XR est disponible dans diverses couleurs, ce qui rend l’objet assez ludique. Les bords sont en aluminium, moins précieux que l’acier inoxydable du XS, mais ils sont anodisés pour s’harmoniser parfaitement à la couleur du dos en verre. C’est vraiment une question de préférence. Pour sa part, notre confrère dit préférer le fini mat du XR au chrome brillant du XS. Selon lui, l’iPhone XR est de loin l’iPhone le plus spécial depuis l’iPhone 5c. Il pense que la plupart des gens préfèreront l’utiliser sans coque. C’est apparemment ce que pense aussi Apple, puisque le constructeur n’en propose aucune pour le XR. Le constructeur affirme d’ailleurs que le verre qui recouvre l’écran est plus solide que celui de n’importe quel iPhone précédent, et que le verre du dos, même s’il est moins résistant aux chocs que celui de l’iPhone XS, est au moins d’aussi bonne qualité que celui de l’iPhone 8. Notre confrère a également eu la sensation qu’il offrait une meilleure adhérence que le XS.

 

Le port Lightning de l’iPhone XR (en bas) est légèrement décentré par rapport à celui de l’iPhone XS Max. (Crédit : Christopher Hebert/IDG)

Ceux qui sont attentifs à la symétrie remarqueront d’emblée que le port Lightning positionné sur le bord inférieur est très légèrement décentré. Sans doute une astuce technique d’Apple qui permet de rendre le tour de la lunette uniforme. Et cette bande est bien visible. S’il y avait une critique à faire sur le design de l’iPhone XR, celle-ci concernerait surtout l’épaisseur de cette bande. Selon notre confrère, elle donne presque l’impression que l’XR est une contrefaçon bon marché de l’iPhone XS. Pour certains, c’est sans doute une rupture. Mais la présence de cette lunette épaisse se justifie tout à fait : l’iPhone XR est équipé d’un écran LCD, ce qui signifie qu’il doit être rétro éclairé en permanence. Le millimètre supplémentaire garantit qu’il n’y aura pas de fuites de lumière ou de points lumineux. C’est un bon compromis, qui permet d’éviter une bordure inférieure et supérieure plus proéminente. En outre, la question de la lunette est secondaire : en général, on finit vite par l’oublier à l’usage.

Ce qu’il y a de mieux après l’OLED

Même si l’écran de l’iPhone XR ressemble beaucoup à celui de l’XS, il faut garder à l’esprit que c’est en fait un écran d’iPhone 8 Plus avec des coins arrondis. Cela signifie que l’écran LCD HD 720p est un cran moins bon que l’écran Full HD de l’iPhone 8, mais bien loin de l’OLED quasi 2K du XS.

 

L’écran de l’iPhone XS Max (à droite) est plus net et plus clair que celui de l’iPhone XR, mais il faut vraiment les mettre côte à côte pour voir la différence. (Crédit : Christopher Hebert/IDG)

Cependant, l’iPhone XR fait toujours partie de la famille Retina, et c’est ce qui compte le plus. L’écran Retina inventé par Apple en 2010, apparu pour la première fois dans l’iPhone 4 de 3,5 pouces, mesurait 326 ppi. Exactement comme celui de l’iPhone XR. Au cours des huit dernières années, la technologie d’affichage s’est considérablement améliorée, et même les téléphones géants affichent des densités de pixels incroyablement élevées, comme le Samsung Galaxy Note 9 avec ses 516ppi et le Google Pixel 3 XL et ses 523ppi. Et si l’on compare le XR avec un autre téléphone LCD de 6,1 pouces comme le LG G7, il est battu (326 ppi contre 563 ppi).

Mais l’enjeu est plus significatif sur le papier qu’en pratique. En effet, l’œil humain n’est pas capable de distinguer tout ce qui dépasse 300 ppi. Donc, si l’on se base uniquement sur la résolution, l’écran d’un iPhone XR restituera une aussi belle image qu’un l’iPhone XS ou un Galaxy Note 9. Même pour lire des contenus HD à petite échelle sur Netflix ou YouTube, il est très difficile de discerner une grande différence de qualité d’image entre ce contenu et un écran à résolution plus élevée.

Cependant, les écrans sont plus que la somme de leurs pixels, et la précision et la saturation des couleurs sur l’écran LCD de l’iPhone XR sont loin d’être aussi bonnes que celui d’un OLED certifié HDR de haute qualité. Ce n’est pas aussi visible au quotidien et on s’en aperçoit surtout si l’on compare le XR avec le XS ou le Pixel 3. Mais, ce qui est sûr, c’est que l’écran LCD de l’iPhone XR est moins performant que les écrans OLED des mobiles premium.

 

La lunette de l’iPhone XR est plus épaisse que celle de l’iPhone XS Max. (Crédit : Christopher Hebert/IDG)

Cependant, dans son genre, l’écran LCD du XR est assez remarquable : il offre une excellente balance des blancs et sa luminosité est étonnante. On ne retrouve peut-être pas les noirs profonds d’un écran OLED, mais comme pour l’iPad Pro, le XR donne toujours le sentiment d’avoir un écran de smartphone moderne, et encore plus quand True Tone est activé.

L’échantillonnage de fréquence à 120 Hz accélère l’apparition des éléments quand on tape et touche l’écran. Et si les animations ne sont pas aussi rapides que sur l’écran ProMotion de l’iPad Pro, cette fréquence contribue grandement à rendre le XR plus rapide. Les coins arrondis et le design équilibré de l’écran sont très au-dessus de ce que l’on peut attendre pour ce tarif. Le 3D Touch a disparu, mais il sera possible d’ajouter des sortes de raccourcis d’icônes en exploitant la technologie haptique.

Un angle de visibilité médiocre 

Selon notre confrère, à l’usage, l’écran OLED ne lui a pas manqué. La seule critique qu’il formule à propos de l’écran du XR, c’est l’angle de visibilité, nettement plus réduit que sur les anciens iPhone LCD. Par ailleurs, le mode Ambient Display des écrans OLED Android lui a manqué. Malgré l’introduction des écrans OLED, Apple a toujours refusé que ses mobiles aient un écran toujours allumé. Donc, l’écran s’allume lors de la réception d’une notification et l’écran de verrouillage doit être complètement éclairé pour voir l’heure. Notre confrère espère néanmoins qu’Apple ajoutera une fonction Ambient Display à l’iPhone XR. Le constructeur pourrait profiter de son habituelle mise à jour de milieu de cycle pour doter iOS 12.3 de cette fonctionnalité.

chevron_left
chevron_right