Un supercalculateur de 18,6 Pflops installé chez Eni

Le supercalculateur HPC4 d’Eni, fournisseur d’hydrocarbures italien, passe devant le Pangea du groupe français Total au classement mondial des supercalculateurs, dans la catégorie des systèmes destinés à l’industrie.

La puissance de calcul du HPC4 installé par Eni sera exploitée pour ses activités d’exploration et de développement des réservoirs de pétrole et gaz. (crédit : Eni)

Le groupe pétrolier italien Eni vient de se doter du supercalculateur HPC4 qui affiche une puissance théorique maximale de 18,6 petaflops. En prenant en compte le HPC3 qu’il a déjà mis en place en 2017 – un système de 3,8 Pflops classé 51ème au Top500 de novembre dernier – le fournisseur de gaz et d’électricité dispose d’une puissance de traitement de 22,4 petaflops en pic de performances. Avec le HPC4, Eni se targue de rejoindre le Top10 du classement des supercalculateurs où il est par ailleurs le seul qui soit utilisé par un groupe industriel, les 9 autres étant des systèmes académiques utilisés pour la recherche. De fait, sur le Top500 de novembre 2017, la puissance théorique (Rpeak) annoncée pour le HPC4 le place juste derrière l’équipement HPC du Joint Center for Advanced High Performance Computing installé à Kashiwa, au Japon, et dont la performance de pointe théorique atteint 24,9 petaflops.

Une vidéo réalisée par Eni annonce la mise en production du supercalculateur HPC4.

En se hissant à cette place, Eni détrône par ailleurs le supercalculateur Pangea du groupe pétrolier français Total dans la catégorie des systèmes de calcul haute performance (HPC) utilisés par des industriels. Le Pangea est actuellement 21ème au Top500 avec une performance Rpeak de 6,7 Pflops.

Le HPC4 d’Eni est installé dans son green datacenter de Ferrera Erbogone, situé dans le nord de l’Italie, à une soixantaine de kms de Milan, où se trouve également le HPC3. (Crédit : Eni)

L’architecture du HPC4 a été conçue dans le même esprit que les précédents HPC d’Eni, tous basés sur des clusters hybrides. Fourni par HPE, le supercalculateur réunit 1 600 noeuds ProLiant DL380, chacun équipé de deux processeurs Skylake à 24 cœurs d’Intel – soit un total de 76 000 cœurs – et deux accélérateurs GPU Tesla P100 de Nvidia. L’ensemble s’appuie sur des connexions haute vitesse InfiniBand EDR. Le HPC4 dispose par ailleurs d’une capacité de stockage de 15 Po.

Les capacités de calcul du supercalculateur vont être utilisées par le fournisseur d’hydrocarbures, en conjonction avec l’ensemble d’algorithmes complexes qu’il a développé, dans le cadre de ses activités d’exploration et de développement des réservoirs de pétrole et gaz, et pour l’analyse des big data générées lors de la phase opérationnelle de ses actifs de production (raffinage, pétrochimie…). « En particulier, le HPC4 va supporter l’exécution et l’évolution des applications d’imagerie sismique 3D d’Eni, ainsi que la modélisation des systèmes pétroliers avec des algorithmes de simulation de réservoirs et d’optimisation des usines de production », explique l’industriel italien dans un communiqué.

chevron_left
chevron_right