VMware greffe du service mesh à NSX

Le spécialiste de la virtualisation VMware a annoncé l’ouverture en bêta de NSX Service Mesh pour mieux gérer les communications entre microservices. Reposant sur Istio, cette plateforme doit permettre d’étendre les capacités de sa solution de virtualisation réseau au travers de clusters Kubernetes.

Les microservices ne communiquent pas entre eux de façon native, pour ce faire ils doivent s’appuyer sur un service mesh. (crédit : D.R.)

Embrassant les containers depuis de longs mois, avec notamment le support de Kubernetes dans vSphere ou encore dernièrement le rachat d’Heptio pour muscler ses ressources en orchestration, VMware avance encore tranquillement mais sûrement ses pions dans ce domaine. Le spécialiste de la virtualisation a ainsi annoncé l’ouverture, en bêta pour l’instant, de NSX Service Mesh pour permettre de mieux gérer les communications entre microservices. Nativement, ces derniers ne communiquent pas entre eux et ont besoin de s’appuyer sur un service mesh, une plateforme assurant la sécurité, le routage et la traçabilité des communications.

Basé sur la platefrome open source Istio soutenu par Google, IBM et Lyft, qui permet d’étendre les fonctions de Kubernetes (connexion, gestion et sécurisation des microservices), Service Mesh va permettre à VMware d’étendre les fonctions de sa solution de virtualisation réseau au travers des clusters Kubernetes via l’interface réseau de container (Container Network Interface ou CNI). NSX Service Mesh étend également la découverte de services pour inclure les données auxquelles ils accèdent, et permet aux utilisateurs d’initier des transactions de microservices, des fonctionnalités qui ne figurent pas dans les autres, d’après Pere Monclus, CTO réseau et sécurité de VMware.

Une extension prévue à tous les environnements Kubernetes

La version bêta de NSX Service Mesh va supporter Cloud PKS (anciennement VMware Kubernetes Engine ou VKE) début 2019 et prendra également en charge le service PKS (Pivotal Container Service). « Nous travaillons à l’étendre à n’importe quel environnement Kubernetes », a précisé Pere Monclus.

chevron_left
chevron_right