Essai réussi pour le trading de produits agricoles à la mode blockchain

Plusieurs banques dont Société Générale et ING ont réalisé la première transaction de produits agricoles en utilisant la technologie blockchain. Du contrat de vente, à la lettre de crédit en passant par les certificats phytosanitaires, l’ensemble des processus transactionnels ont été numérisés et automatisés.

Les produits agricoles peuvent désormais être échangés via blockchain. (crédit : Felix Mittermeier / Pixabay)

« Louis Dreyfus Company (LDC), Shandong Bohi Industry Co., Ltd (Bohi), ING, Société Générale and ABN Amro ont achevé avec succès la première transaction complète de produits agricoles en utilisant une plate-forme blockchain », ont expliqué les entreprises dans un communiqué commun. Il ne s’agit cependant pas d’une première tous secteurs confondus. La technologie blockchain montre cependant une nouvelle fois son intérêt en dehors de la bulle spéculative des cryptomonnaies.

Toutes les composantes de la transaction ont été numérisées : contrat de vente, lettre de crédit et certificats (notamment les certificats phytosanitaires). Très automatisé, l’ensemble du processus a nécessité cinq fois moins de temps que celui manuel, ramené d’un temps compté en heures à un temps compté en minutes. De plus, ce processus a pu être suivi en temps réel dans sa progression tout en étant totalement sécurisé.

Les entreprises concernées ont eu recours à la plate-forme Easy Trading Connect (ETC) dédiée aux transactions de produits de base. Cette plate-forme a déjà été utilisée plusieurs fois pour des opérations réelles, la première pour une transaction pétrolière en février 2017.

chevron_left
chevron_right