Michel Truong (Conseil National des Barreaux) : « L’avocat doit-il travailler sur la justice prédictive ? »

DSI du Conseil National des Barreaux, Michel Truong met en oeuvre un plan de transformation numérique au service des avocats devant aller à terme jusqu’à une digital workplace regroupant les services numériques, et notamment les procédures juridiques dématérialisées. Le chantier se doit d’associer totalement les utilisateurs finaux, les avocats, à la définition des solutions dans le cadre d’une réelle démarche agile. Les appels d’offres pour les nouvelles infrastructures et les nouveaux logiciels métiers étant en cours, Michel Truong en explique les enjeux.

Pour Michel Truong, DSI du CNB, « la technologie ne peut fonctionner qu’avec l’appropriation »

Tout d’abord, pouvez-vous nous représenter le Conseil National des Barreaux (CNB) et son rôle ?

Le CNB est une institution d’intérêt public doté de la personnalité morale. Son financement repose sur les cotisations obligatoires des avocats inscrits dans les 164 barreaux français. Le CNB a plusieurs responsabilités vis-à-vis de la profession. Tout d’abord, il doit « promouvoir l’avocat », les représenter en France et à l’Etranger, ce qui inclut des actions d’influence auprès du Gouvernement. Il établit également le Règlement Intérieur National, unifie et fat évoluer les règles et usages de la profession d’avocat. Toutefois, les sanctions en cas de manquements relèvent des différents barreaux. Il pilote la formation initiale et la formation continue des avocats (certifications professionnelles, titres d’avocats médiateurs, etc.). Enfin, il va délivrer des services aux avocats, notamment dans le champ du numérique, mais sans entrer dans des prestations du domaine concurrentiel.

Pour lire la suite de cet entretien, rendez-vous sur CIO.

chevron_left
chevron_right